/finance/homepage

Quel revenu doit-on gagner pour vivre convenablement au Québec ?

Agence QMI

Gagner entre 24 083 $ et 32 682 $ pour une personne seule, telles sont les sommes qui constituent le revenu viable au Québec, selon une étude publiée mercredi par l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).   

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus 

• À lire aussi: Des prisonniers de Bordeaux entament une grève de la faim 

Le revenu viable, calculé depuis 2016 par l’institut marqué à gauche économiquement, indique «le revenu disponible nécessaire après impôt pour disposer d’un panier de biens et services permettant de vivre dignement et sans pauvreté».   

Là où la vie serait la plus chère serait Sept-Îles, où il ne faudrait pas moins de 32 682 $ pour une personne seule pour vivre décemment. Il est ainsi de 27 948 $ à Montréal, 27 409 $ à Québec, contre 24 083 $ à Saguenay.     

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l’IRIS, à QUB Radio:   

Pour une personne monoparentale, il faut plutôt compter sur un revenu de 39 099 $ à Montréal, 35 882 $ à Trois-Rivières, mais 42 838 $ à Saguenay, Sept-Îles restant première avec 44 240 $.   

Pour un couple avec enfants, Trois-Rivières est l’endroit le moins dispendieux, avec 57 900 $ de revenus viables, contre 61 009 $ à Montréal, 61 124 $ à Gatineau, 64 069 $ à Saguenay et 66 036 à Sept-Îles.   

«Au-delà de la couverture des besoins de base indiquée par la mesure du panier de consommation, les gouvernements ont un portrait incomplet de ce qu’il faut pour vivre dignement et sans pauvreté, a indiqué par voie de communiqué Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l’IRIS. Même en gagnant 15 $ de l’heure à temps plein, on est encore loin du revenu viable dans plusieurs villes du Québec.»   

En pleine pandémie de COVID-19, la scientifique a félicité le gouvernement d’avoir mis en place la Prestation canadienne d’urgence, qui «dépasse l’aide sociale et atteint presque le revenu viable, dans certaines villes, pour les personnes seules.»   

«Au sortir de la crise actuelle, il sera essentiel de se demander quels planchers de revenu on doit considérer pour bien vivre ensemble, a-t-elle ajouté. Une bonne partie de celles et ceux qu’on découvre comme étant essentiels, gagne toujours moins que le revenu viable.»

Dans la même catégorie