/news/coronavirus

Contenants consignés: le gouvernement fixe un ultimatum de 24h

Jean-Michel Genois Gagnon | Le Journal de Montréal

Plusieurs détaillants et supermarchés au Québec refusent toujours de reprendre ces contenants afin de protéger leurs employés et leurs clients.

PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Plusieurs détaillants et supermarchés au Québec refusent toujours de reprendre ces contenants afin de protéger leurs employés et leurs clients.

Le gouvernement caquiste n’a pas l’intention de faire traîner le dossier de la récupération des bouteilles de bière et des canettes dans les dépanneurs et les épiceries. Sans entente, Québec prévoit «imposer» sa solution d’ici 24 heures.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Jeudi, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a convoqué des membres de l’industrie afin de conclure «rapidement» une entente pour le retour des contenants consignés.  

Plusieurs détaillants et supermarchés au Québec refusent toujours de reprendre ces contenants afin de protéger leurs employés et leurs clients.  

Du côté des grands brasseurs, comme Labatt, Molson Coors et Sleeman, il devient difficile de s’approvisionner en bouteilles. Une situation qui a également un impact sur les microbrasseries.  

Dans une lettre transmise à des associations, dont Le Journal a obtenu une copie, le cabinet du ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, précise que la rencontre de jeudi, en avant-midi, devait «être vue comme la dernière chance d’en arriver à une entente négociée entre les parties».  

«S’il est impossible de s’entendre sur les principes d’une telle entente au cours de cet appel, le gouvernement n’hésitera pas à utiliser les pouvoirs que lui confient la loi afin d’imposer rapidement sa propre solution».  

Parmi les points discutés, Québec a indiqué que les groupes impliqués devaient convenir «d’un partage adéquat des coûts supplémentaires encourus» ainsi que d’une «date de retour à la normale».  

Au cours des derniers jours, le syndicat des Teamsters qui représente les camionneurs livreurs de bières a proposé que les bouteilles soient placées en «quarantaine» afin de réduire les risques de contamination.  

Pas dans les succursales  

«Le ministre a créé un groupe avec les brasseurs, les détaillants et des représentants du gouvernement. Aujourd’hui, nous allons avoir des discussions pour nous assurer de reprendre la récupération au cours des prochaines semaines», indique Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques à l’Association des détaillants en alimentation du Québec.  

Cette dernière maintient toujours sa position comme quoi les contenants consignés ne doivent pas être déposés à l’intérieur des magasins.  

«Nous sommes prêts à trouver des solutions. Le ministre nous donne maintenant 24h pour trouver une entente de principe», dit M. Lacasse.  

Du côté de l’Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec, la direction souhaite la reprise des activités de façon sécuritaire. Elle ajoute que certains dépanneurs reprennent déjà les produits consignés.  

«Les consommateurs doivent ramener leurs bières dans la caisse d’origine. Pour ne pas avoir à manipuler individuellement les canettes, les détaillants donnent aussi des sacs de récupération. Les contenants sont divisés par sac. Lorsqu’il est plein, il paye la consigne», explique le dg Yves Servais.