/news/law

Action collective des victimes contre la succession du tireur de la Nouvelle-Écosse

Agence QMI

Un veuf d’une des victimes du tueur de la Nouvelle-Écosse a déposé mardi une action collective contre la succession de l’assassin.

• À lire aussi: Ottawa met fin au marché des armes d'assaut de type militaire 

• À lire aussi: Tuerie en Nouvelle-Écosse : «il y a beaucoup de souffrance présentement» 

Nicholas Beaton, époux de Kristen Beaton, a déposé mardi les documents devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, qui vise à obtenir des dommages et intérêts pour «les conjoints, enfants ou parents» des 22 victimes de Gabriel Wortman, abattu le 19 avril après une cavalcade de plus de 24 h qui aura été la pire tuerie de masse de l’histoire du Canada.

Les papiers de l’action, obtenus jeudi par Global News, allègue que la succession du tireur est responsable envers les familles des victimes et de ceux qui ont été blessés par les tirs, ainsi que des dommages causés par les incendies qu’il a causés.

L'action a joint un document de la Gendarmerie royale publié la semaine passée et qui a détaillé le fil des évènements qui se sont produits à Portapique, Truro, Milford et Enfield.

Kristen Beaton aurait été tuée dans sa voiture à Debert le 19 avril. Enceinte d’un deuxième enfant, elle allait travailler à l’Ordre des infirmières de Victoria lorsqu’elle a croisé le chemin de Gabriel Wortman, habillé en agent de la GRC et au volant d’une fausse voiture de patrouille, qui lui a tiré dessus.

Dans la même catégorie