/news/coronavirus/cavabienaller

Des histoires insolites partout sur la planète

Marie-Léo Guy

Il fallait s’y attendre, la pandémie de COVID-19 a donné de l’inspiration aux parents de nouveau-nés. Ainsi, on a vu récemment les premiers bébés prénommés Covid et Corona, ou bien encore Lockdown et Sanitizer, des mots anglais pour confinement et désinfectant. Mais au-delà de cette tendance, la crise sanitaire mondiale a un impact de taille sur les nouveaux parents. Le Journal a recensé des histoires insolites et spectaculaires survenues aux quatre coins de la planète.

  •  Pour lire le dossier complet sur les bébés de la pandémie, cliquez ici.     

Une Britannique coincée en Ukraine avec son bébé   

Six semaines après la naissance de son fils par l’intermédiaire d’une mère porteuse ukrainienne, Nadene Ghouri se trouvait toujours seule à Kiev, a-t-elle confié à Euronews.    

À la naissance, les deux parents britanniques étaient réunis en Ukraine. Le père a ensuite dû rentrer en Angleterre pour le travail avec le plan de revenir, mais la crise de la COVID-19 a frappé. Les frontières fermées, il était impossible pour lui de revenir en Ukraine et à la mère d’en sortir.    

Puisque le petit n’avait pas de passeport britannique, plusieurs semaines se sont écoulées avant que la nouvelle maman puisse ramener son poupon à la maison. Ils sont finalement rentrés en Angleterre début avril.    

Une prof s’occupe du bébé de la mère d’un élève  

US-IMMIGRANT-MOTHER-AND-FAMILY-SUFFER-WITH-COVID-19-AS-TEACHER-C

Photo AFP

Une enseignante du Connecticut est dépeinte comme une véritable héroïne par les médias américains.    

Luciana Lira s’occupe temporairement du nouveau-né de la mère de l’un de ses élèves, car toute la famille est atteinte de la COVID-19.    

Le bébé est né prématurément, mais en bonne santé le 2 avril. La maman, Zully, qui est une immigrante guatémaltèque, ne peut pas en prendre soin, car elle est hospitalisée en raison du coronavirus.    

Celle-ci a contacté la professeure de son fils de 7 ans au moment où elle commençait ses contractions pour lui expliquer que la famille n’avait personne d’autre aux États-Unis et qu’elle était son contact d’urgence.    

L’enseignante a immédiatement accepté de s’occuper du poupon jusqu’à ce que la famille se remette de la maladie.    

Trois semaines plus tard, le coronavirus affectant toujours la famille, l’enseignante a affirmé qu’elle prendrait soin du bébé aussi longtemps que nécessaire, tout en donnant ses cours à distance à ses autres élèves.    

« C’est une expérience extraordinaire, a confié la prof au réseau ABC News. Je suis heureuse que la maman ait eu assez confiance en moi pour m’appeler et me demander de l’aide. »     

Elle rencontre son fils dix jours après sa naissance  

NY Post

Capture d'écran, NY Post

Une mère américaine atteinte du coronavirus, qui a accouché tout en étant connectée à un ventilateur, a vu son nouveau-né pour la première fois plus de dix jours après lui avoir donné la vie.    

Les médecins ont dû procéder à une césarienne d’urgence après que Yanira Soriano, 36 ans, eut été plongée dans un coma et placée sur ventilateur. Elle est ensuite restée aux soins intensifs pendant près de deux semaines.    

Son fils a été transféré dans un hôpital pour enfants de New York pendant ce temps. Le médecin qui a traité la mère a soutenu que sa survie n’était rien de moins qu’un « miracle ».    

La touchante réunion de la mère avec son bébé s’est déroulée sous les applaudissements du personnel médical qui lui ont fait une haie d’honneur. Le petit Walter se porte bien et n’a pas été contaminé par le virus.     

Des nouveau-nés prénommés Corona, Covid, Lockdown et Sanitizer  

Le bébé indien Lockdown est né le 13 avril en plein confinement.

Photo AFP

Le bébé indien Lockdown est né le 13 avril en plein confinement.

Des parents de jumeaux nés à Raipur, en Inde, ont décidé d’appeler leur fille Corona et leur fils, Covid.    

La mère des jumeaux, Preeti Verma, a fait ce choix, car elle est heureuse que la crise ait rappelé à son peuple l’importance de l’hygiène, a-t-elle dit à l’agence Press Trust of India.    

La petite Covid Marie a vu le jour aux Philippines. On la voit avec ses parents, Colline Tabesa et John Tupas.

Photo AFP

La petite Covid Marie a vu le jour aux Philippines. On la voit avec ses parents, Colline Tabesa et John Tupas.

Aux Philippines, une petite fille a été prénommée Covid Marie.    

Un autre petit Indien a hérité d’un prénom thématique de la pandémie : Sanitizer. Les parents se sont aussi dits inspirés par l’hygiène.    

Un autre couple indien a quant à lui opté pour le prénom Lockdown en appui à la décision du président de confiner le pays.