/finance/homepage

L'usine Cargill de Chambly prépare sa fermeture temporaire

TVA Nouvelles

L’usine Cargill de Chambly se prépare à fermer ses portes de manière préventive pour quelques jours après qu’une soixantaine de travailleurs eurent été déclarés positifs à la COVID-19. 

Cette importante éclosion n’a pas laissé le choix à l’entreprise.  

• À lire aussi: COVID-19 dans les abattoirs: pas de pénurie de viande en vue, rassure un spécialiste 

• À lire aussi: 64 travailleurs infectés à la COVID-19 à l’usine Cargill de Chambly  

Jusqu'à mercredi, quelques travailleurs continueront quand même de découper les carcasses de porc, de poulet ou de boeuf, pour en faire de la saucisse ou des emballages, prêts à être vendus dans les supermarchés, question d'éviter les pertes.  

Après, l'usine sera fermée et tout le monde sera testé. 

«Aussitôt que les tests négatifs reviendront et que les personnes n'auront pas été en contact avec des personnes infectées, on va pouvoir reprendre le travail. C’est sûr que le scénario optimiste, c'est qu'on revienne au travail la semaine prochaine», avance Roxane Larouche du syndicat des travailleurs unis de l’alimentation et du commerce. 

Dans un courriel, le CISSS de la Montérégie-Centre affirme que la courbe épidémique montre un ralentissement de l'apparition du nombre de cas depuis quelques jours, ce qui est très positif. 

Sur les 500 employés, jusqu'à maintenant 64 ont été testés positif, 30 ont reçu un résultat négatif et deux sont guéris. 

Inquiétude des producteurs de bovins 

Par ailleurs, la situation inquiète les producteurs de bœuf, qui se demandent si l’entreprise pourra prendre en charge les carcasses des bêtes durant la fermeture de l'usine. 

«Souvent, ces entreprises-là, qui rentrent 2000 bovins par jour, il faut qu'ils ressortent 2000 bovins par jour, pour être capables d'opérer», explique Claude Viel, président des Producteurs de bovins du Québec.