/news/coronavirus

COVID-19: la dette fédérale pourrait atteindre 1 billion $

Agence QMI

POL-FLAG-MEGANTIC

Andre Forget/QMI Agency

Les investissements massifs débloqués par Ottawa dans les dernières semaines pour affronter et limiter les répercussions causées par la COVID-19 pourraient avoir pour effet de propulser la dette du Canada au-delà du cap symbolique de 1 billion (mille milliards) de dollars. 

• À lire aussi: Ottawa verse un montant maximum de 500 $ aux aînés

• À lire aussi: Demandes frauduleuses de la PCU: pas d’ordre de Revenu Canada de fermer les yeux

• À lire aussi: Le fédéral vole à la rescousse d’Air Canada

Interrogé à ce sujet mardi lors d'une séance virtuelle du Comité permanent des finances, le directeur parlementaire du budget, Yves, Giroux, a reconnu qu'il est «possible» et «réaliste» que la dette fédérale atteigne 1 billion $ d'ici la fin de l'année. Il est à tout le moins certain qu'elle franchira le cap des 900 milliards $. 

Lors d'une précédente intervention il y a deux semaines, M. Giroux avait évoqué un déficit de 252 milliards $ pour l'année en cours. Il a toutefois admis, mardi, que ce montant était «optimiste». 

Le gouvernement fédéral a délié les cordons de sa bourse à plusieurs reprises ces dernières semaines, que l'on pense à la Prestation canadienne d'urgence de 2000 $ par mois pour les travailleurs ayant perdu leur emploi en raison de la pandémie, à la subvention salariale offerte aux entreprises pour garder leurs employés en poste ou encore aux nombreuses mesures de lutte contre le coronavirus. 

Le coût de toutes ces mesures, ainsi que des pertes de revenus engendrées par la contraction de l'économie mise en arrêt forcé, devient difficile à suivre. 

«Il est plus qu'évident, pour moi, qu'il est temps que le gouvernement dépose une mise à jour économique ou, à tout le moins, une mise à jour budgétaire», a d'ailleurs soutenu M. Giroux. 

«C'est clair que c'est difficile d'avoir une mise à jour économique dans un climat de très haute incertitude, mais une mise à jour budgétaire dans laquelle le gouvernement pourrait faire le point sur ce qu'il s'attend à recevoir comme revenus et, surtout, ce qu'il a prévu comme dépenses depuis le début de la crise et au cœur des prochains mois, serait très importante pour les parlementaires et pour l'ensemble des Canadiens», a-t-il poursuivi. 

Dans la même catégorie