/news/coronavirus

Dominique Anglade demande plus de transparence sur la gestion de la crise

Vincent Larin | Le Journal de Montréal

La nouvelle chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade

Photo d'archives, Simon Clark

La nouvelle chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade

La nouvelle cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade appelle le gouvernement Legault à davantage de transparence après des ratés survenus dans la gestion de la crise ces derniers jours. 

«Il faut amener de la transparence, des explications, dire sur quoi on base nos décisions, ça va aider la population à suivre les recommandations du gouvernement», a-t-elle indiqué en entrevue, mardi, au lendemain de son accession à la tête de l’Opposition officielle à Québec.  

  • Écoutez l'entrevue de Dominique Anglade avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:   

À la veille du retour des députés à l’Assemblée nationale, mercredi, Dominique Anglade prévoit d’ailleurs talonner le gouvernement sur sa gestion de la crise. 

L’augmentation de la quantité de tests de dépistage de la COVID-19 à 14 000 par jour qui tarde à se concrétiser en est un bon exemple, selon elle. 

«Au début de la crise, ce qu’on a vu, c’était un gouvernement qui a très bien communiqué pour rassurer la population et gérer la cohésion, mais pour qu’il y ait cohésion, il faut qu’il y ait cohérence [...]. Dans les derniers jours, on a vu que des décisions étaient prises sur du subjectif plutôt que des éléments objectifs», a-t-elle expliqué. 

«Il faut qu’on prenne des décisions basées sur la science. Le peu de science qu’on a, il faut qu’on l’utilise», a-t-elle ajouté. 

Un autre sujet inévitable des prochains débats au salon Bleu sera la sortie de crise, estime la députée de Saint-Henri–Sainte-Anne. 

À ce sujet, Dominique insiste pour dire que le PLQ va «proposer» des solutions et non seulement critiquer l’approche du gouvernement. 

Dans un contexte de pandémie, celle-ci s’attend d’ailleurs à voir un changement complet quant à la manière d’opérer un parti politique. 

«On n’aura pas le choix de se moderniser de ce point de vue là. Le traditionnel parti avec de grands rassemblements, c’est quelque chose qu’on aurait aimé avoir, mais ça vient de changer et pour de nombreuses années je crois », a-t-elle indiqué. 

Dominique Anglade donne en exemple une réunion sur la plateforme Zoom avec des centaines de militants à la suite de son élection à la tête du PLQ, lundi. 

«On va voir ce que le confinement et le déconfinement nous réservent. Tant mieux si on est capable de faire des rassemblements de 20 personnes ou des rassemblements de cuisine, mais on n’en est pas là», a-t-elle précisé.