/news/coronavirus

Le CIUSSS annule ses vacances à quelques heures de préavis

Charel Traversy | TVA Nouvelles

L'épuisement et la détresse commencent à gagner du terrain après plusieurs semaines de lutte contre la COVID-19. Ceux qui sont au front ne savent plus quand ils pourront se reposer. Des préposés aux bénéficiaires de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont même vu leurs vacances être annulées à la dernière minute.  

«Je devais tomber en vacances pour une semaine et, quelques heures avant, j'ai appris que mes vacances étaient annulées. On se démène pour sauver des vies, pour garder nos résidents en sécurité, pour être sûr que rien ne leur arrive, finalement on est des anges de la santé, mais personne ne veille sur nous», a confié à TVA Nouvelles une préposée aux bénéficiaires qui préfère garder l’anonymat par peur de représailles.  

Elle est loin d'être la seule à qui on refuse des vacances. Même dans les CHSLD où il n'y a pas d'éclosion, des préposés aux bénéficiaires vivent des situations similaires.  

«J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, je ne savais pas quoi faire, j'étais à bout. [...] Si je ne rentre pas, j'ai des amendes. Ça peut aller de 1000 $ à 6000 $. On se sent comme des numéros parce que personne ne nous prend en considération. On est aussi des êtres humains et on a besoin de se reposer», a raconté une autre employée qui travaille dans un établissement du Centre-du-Québec.  

L'épuisement du personnel était déjà présent bien avant la crise du coronavirus. Des préposés aux bénéficiaires en colère et découragés quittent maintenant la profession.  

«On a des démissions chaque semaine. Ce n’est pas comme ça qu'on va réussir à passer au travers. Si on enlève le seul temps pour pouvoir se reposer... c'est des humains aux services des êtres humains», a commenté Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers.  

L’employeur est dans son droit  

L'arrêté ministériel permet à l'employeur de suspendre, d'annuler des congés déjà autorisés et de refuser d'en octroyer de nouveaux.  

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie et du Centre-du-Québec a confirmé à TVA Nouvelles que de nombreux congés ont «dû être annulés pour certains employés, notamment en raison du retrait d'employés travaillant dans des milieux en éclosion. La façon de reprendre ces congés [...] n'est pas encore déterminée. La direction travaille avec les parties syndicales pour déterminer la meilleure façon de procéder».  

Pour l'instant, l'arrêté ministériel a été appliqué sur des vacances prévues pour le mois de mai dans la région. Mais une grande incertitude plane sur les vacances d'été.  

Des besoins encore criants  

En début d’année, il manquait près de 350 préposés aux bénéficiaires en Mauricie et au Centre-du-Québec. Quelque 75 travailleurs ont été embauchés dans les dernières semaines et 95 nouveaux préposés sont également arrivés grâce à la plateforme «Je contribue». Mais il reste toujours près de 200 postes de préposés aux bénéficiaires à pourvoir.