/news/tele

Le magazine Sucré Salé fera briller la culture

Sandra Godin

<i>Sucré Salé</i> divertira les téléspectateurs pour un 19e été dès le 8 juin à 18 h 30. « Je suis gonflé à bloc », confie Patrice Bélanger.

Photo courtoisie,TVA

Sucré Salé divertira les téléspectateurs pour un 19e été dès le 8 juin à 18 h 30. « Je suis gonflé à bloc », confie Patrice Bélanger.

De son propre aveu, Patrice Bélanger ne s’est jamais autant fait demander quand l’émission Sucré Salé allait être de retour. Après quelques semaines d’incertitude, c’est finalement le 8 juin que le magazine culturel entamera sa 19e saison, dans une formule adaptée à la pandémie, mais pas du tout axée sur celle-ci, promet l’animateur.  

« Quand on voyait les événements culturels tomber les uns après les autres, on s’est questionné à savoir si on le faisait, confie Patrice Bélanger à l’autre bout du fil. Mais quand je fais de la radio, les gens me disent que ça leur fait du bien d’entendre parler d’autre chose que de la courbe. C’est là que je me suis dit qu’on devait revenir. » 

Si une série de protocoles sanitaires inspirée des émissions déjà en ondes change un peu la façon de faire, Sucré Salé gardera la même mission qu’elle porte depuis 19 ans : faire rayonner la culture.  

Pas question que l’émission devienne une enfilade d’entrevues en vidéocon­férence pour parler de confinement, explique Patrice Bélanger, même s’il le fera tout de même avec quelques artistes qui ne préfèrent pas sortir de la maison.  

« Le confinement, ce n’est pas l’angle premier, précise-t-il. [...] On va d’abord et avant tout parler de culture. Oui, on veut savoir par quoi les artistes passent en ce moment. Il y a assurément des albums, des one-man-shows, qui n’étaient pas prévus et qui vont naître dans ce qu’on vit. Je veux qu’on parle de projets. » 

Au Reine Elizabeth 

Sucré Salé retrouvera les artistes sur un tout nouveau plateau. L’équipe réduite s’établira au dernier étage de l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth. Patrice Bélanger confirme qu’ils pourront même avoir accès à la fameuse suite du « bed-in » de Yoko Ono et John Lennon.  

Le magazine estival sera aussi présent sur le terrain, alors que des chroniqueurs s’inviteront chez des artistes, que Patrice Bélanger sent plus enclins ces temps-ci à ouvrir les portes de leur maison. 

Clins d’œil 

Les téléspectateurs retrouveront l’émission qu’ils connaissent, même si certains segments ont dû être adaptés, comme le Panier d’épicerie, où l’animateur tirait des confidences de ses invités en arpentant les rayons d’un supermarché. Le segment pourrait se transformer en entrevue « garde-manger », chez un artiste, tandis que la « Pat-Mobile » sera de retour, mais à deux voitures plutôt qu’une.  

Sucré Salé veut aussi faire un clin d’œil aux grands événements culturels dont la pandémie nous privera cet été. Par exemple, au moment où auraient eu lieu les FrancoFolies de Montréal, on pourrait avoir droit à quelques émissions spéciales avec des artistes qui auraient dû jouer au festival.  

Patrice Bélanger est fier de la créativité de son équipe. « On a fait des contraintes un défi. Je suis gonflé à bloc », conclut-il. 

Les nouveaux chroniqueurs Simon Boulerice, Marie-Christine Proulx et Léa Stréliski se joindront à Bryan Audet, Rosalie Bonenfant, Ève Côté, Varda Étienne, Marie-Josée Gauvin, Francisco Randez, Billy Tellier et Félix-Antoine Tremblay.

Dans la même catégorie