/regional/montreal/montreal

Notre-Dame-des-Neiges : l'entretien du cimetière pourrait être négligé

GUILLAUME CYR/AGENCE QMI

L'entretien du cimetière Notre-Dame-des-Neiges sera délaissé cet été, craignent des employés de l'endroit, qui trouvent la situation injuste pour les familles des défunts qui y reposent. 

Des travailleurs saisonniers assurent normalement la coupe du gazon, l'aménagement du terrain et la relève des fondations des pierres tombales, tous des services inclus dans le contrat des familles des défunts. 

Or, selon le syndicat des employés du cimetière, aucun travailleur saisonnier ne rentrera au travail cette année. 

«Ça va assurément être un problème à long terme», estime le président du syndicat, Benoît Simard. 

Le 24 Heures a tenté à plusieurs reprises de joindre l'administration du cimetière pour valider l'information, mais personne n'a voulu nous parler. Un porte-parole a même raccroché la ligne téléphonique lorsque notre journaliste s'est identifié comme tel. 

Pour le moment, une cinquantaine d’employés permanents s’affairent aux inhumations et aux services liés aux mausolées. 

«Déficit financier» 

Ces employés auraient d’abord appris la nouvelle du non-retour de leurs collègues saisonniers au début de la pandémie en raison des mesures de sécurité, ce qui était compréhensible. 

Mais après 45 jours, aucun document n’avait encore été envoyé aux travailleurs saisonniers pour les informer de l'affaire, selon le président syndical. 

À la demande des employés, une rencontre aurait été organisée pour aborder la situation.
«L’employeur nous a expliqué officiellement que la Fabrique de la paroisse Notre-Dame était dans un énorme déficit financier et donc les saisonniers ne reviendraient pas cette saison jusqu'à nouvel ordre», tonne M. Simard. 

Selon ses dires, le cimetière serait en situation précaire depuis plusieurs années. L’annulation du spectacle bénéfice Aura, à la basilique Notre-Dame, en raison de la COVID-19, ne serait qu’un élément supplémentaire, encore selon M. Simard. Ce spectacle apportait un revenu important pour le roulement du cimetière. 

Depuis deux semaines, M. Simard souligne d’ailleurs que la grande majorité des inhumations faites par les employés sont reliées à la COVID-19.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.