/news/society

Le confinement favorise l’homophobie en ligne

L’homophobie et la transphobie fleurissent en ligne durant le confinement lié à la COVID-19, selon la Fondation Émergence de Montréal. 

Des propos désobligeants concernant le genre semblent ainsi se répandre sur les réseaux sociaux dernièrement. 

• À lire aussi: Les vedettes s'unissent contre l'homophobie 

«Ce qu’on remarque, c’est plus de violence en ligne parce que les gens sont connectés sur les réseaux sociaux, a affirmé Laurent Breault, directeur général de la Fondation Émergence, en entrevue avec TVA Nouvelles. Cela s’inscrit dans la continuité de ce qu’on connait.» 

Ottawa a aussi reconnu le problème en cette Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie, célébrée le 17 mai. 

«La pandémie de COVID-19 a eu un effet disproportionné sur les personnes LGBTQ2. Nous devons nous assurer que ces communautés vulnérables et marginalisées ne sont pas attaquées ou victimes de discrimination sous prétexte de protéger la santé publique. Nous condamnons les propos de haine à leur égard, qui se manifestent depuis le début de la pandémie de COVID-19», a affirmé le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, par communiqué. 

Aide entravée 

De plus, le confinement nuit au soutien à fournir à ceux qui vivent de l’homophobie et de la transphobie 

«Les gens ont pas si facilement accès aux ressources d’aide. C’est plus difficile pour les organismes de défense des droits et de service d’intervenir, a dit M. Breault. Le confinement complique le travail des autorités LGBT [lesbiennes, gais, bisexuels et trans] et des autorités.» 

Le directeur général de la Fondation Émergence estime qu’il est «indéniable» que des améliorations ont été réalisées au Québec au fil des ans. 

Ici, il soutient que c’est l’égalité sociale plutôt que l’égalité juridique qui reste à atteindre. 

«C’est de changer les mentalités, changer les images souvent négatives, les préjugés qui sont encore existants. On est à cette étape-ci du combat qui est loin d’être la moindre», a-t-il ajouté. 

La ministre de la Justice du Québec et ministre responsable de la lutte contre l'homophobie, Sonia LeBel, a souligné que cette cause mérite d’être défendue. 

«Nous pouvons être fiers collectivement des avancées qui ont mené à une plus grande reconnaissance des droits des personnes LGBTQ. Cela dit, le contexte particulier dans lequel se déroule cette journée nous rappelle l'importance de rester unis et solidaires dans la lutte contre les préjugés et la discrimination à l'égard des communautés LGBTQ», a-t-elle déclaré par communiqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.