/news/coronavirus

À quoi ressemblera le camping cet été?

TVA Nouvelles

Campeurs ou propriétaires, l’impatience se fait sentir de part et d’autre pour l’ouverture des terrains de camping au Québec. 

• À lire aussi: Des campeurs actifs malgré l’interdiction

• À lire aussi: Les campings de l'Estrie impatients d'accueillir des visiteurs

• À lire aussi: Un pas de plus vers l’ouverture des campings

Cette nouvelle saison sera cependant complètement différente de ce que les habitués connaissent depuis des années. 

«À la base, ça va se pratiquer dans la même cellule familiale. Mixer les familles, ça va être quelque chose d’impossible cet été tant que la distanciation sociale va être en vigueur», affirme Simon Tessier, président de Camping Québec.

Les propriétaires de terrains de camping ont eu une lueur d’espoir, la semaine dernière, avec l’annonce de la reprise de certaines activités, comme le golf et le tennis, qui seront autorisées à partir du 20 mai. 

Ils s’engagent d’ailleurs à respecter toutes les directives émises par la santé publique. 

«On va se coller à ce qui va être en exigence partout en province, mais ce qu’il faut, c’est qu’on donne le go», assure M. Tessier. 

De lourdes pertes

Les délais qui s’allongent pour l’ouverture des quelque mille terrains de camping du Québec font perdre des millions de dollars à l’industrie. 

«Chaque fois qu’on prolonge l’attente pour un calendrier d’ouverture, non seulement on met de la pression sur les campeurs et sur les terrains de camping, mais ça se chiffre en pertes de plusieurs millions de dollars», constate le président de Camping Québec. 

Qu’il s’agisse d’une ouverture partielle ou totale, Simon Tessier souhaite simplement une reprise des activités rapidement afin d’éviter la fermeture définitive de certains campings. 

«On est prêts à faire les concessions nécessaires, mais vous savez, nos entrepreneurs aimeraient beaucoup mieux être opérationnels et se sauver de l’aide financière actuelle et pouvoir survivre», lance-t-il.