/news/coronavirus

Encore des déplacements entre les zones chaudes et froides

TVA Nouvelles

Malgré les directives édictées par le gouvernement, des employés des CHSLD et établissements de santé de Laval continuent de travailler à la fois dans les zones chaudes, où il y a des cas de COVID-19, et froides, où les résidents et patients ne sont pas infectés.   

La ministre de la Santé Danielle McCann a même rappelé que cette façon de faire était «absolument proscrite», vendredi dernier, afin d’éviter la contamination.   

Elle a tenu à réitérer la consigne ce mardi.

«J'ai toujours répété et je le répète encore, que dans les CHSLD, il faut qu'il y ait des équipes dédiées. C'est fondamental», a-t-elle dit en point de presse.

TVA Nouvelles a obtenu une note de service apposée sur des babillards de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé sur le territoire du CISSS de Laval adressée aux infirmières en pédiatrie et néonatalogie qui fait fi de la directive gouvernementale.  

«Pouvons-nous être déplacés dans la zone chaude du module naissance et le lendemain faire notre quart de travail en zone verte (froide)? La réponse est oui», peut-on lire sur la note.   

Jean-François Houle, représentant syndical des préposés aux bénéficiaires sur le territoire lavallois, dit que plusieurs de ses membres ont vu la note circuler et doivent l’appliquer.   

«On leur dit, si avez travaillé dans la zone rouge, vous pouvez faire du temps supplémentaire dans la zone verte à la condition de vous changer. Ça contredit la ministre. Si vous travaillez en zone chaude et qu’on vous demande d’aller en zone froide, avisez votre syndicat. C’est arrivé ce matin au CHSLD Fernand-Larocque», soutient M. Houle.  

L’employée dont parle le représentant syndical est une préposée aux bénéficiaires qui travaille en zone rouge depuis le début de la crise et on lui a demandé d’aller en zone verte. Après avoir avisé son syndicat, elle a décidé de refuser de passer d’une zone à l’autre en raison du risque de contamination.