/news/politics

Salaire des préposés aux bénéficiaires: Québec et la FTQ presque d’accord

Vincent Larin | Agence QMI

Québec se réjouit de l’offre faite mardi par la FTQ de hausser le salaire des préposés aux bénéficiaires en CHSLD de 12 % jusqu’à 25 $, mais les deux parties ne s’entendent toujours pas sur la façon d’y arriver. 

Mardi matin, la FTQ a dévoilé une proposition générale en vue de régler la négociation des conventions collectives pour les employés de l’État qui dure depuis plusieurs mois. 

Cette hausse de 12 % du salaire horaire des préposées aux bénéficiaires en CHSLD, que demande le premier ministre, François Legault, depuis plusieurs semaines, entrerait en vigueur dès la première année après la signature de la nouvelle convention collective. 

«Plus rien n’empêche maintenant le gouvernement de conclure positivement cette négociation», a affirmé le président de la centrale syndicale, Daniel Boyer, en entrevue. 

Mais Québec redoute toutefois la manière de procéder proposée par la FTQ, c’est-à-dire d’y aller en modifiant le «rangement». 

«C'est là qu'il y a encore des discussions à avoir entre autres », a indiqué François Legault. 

Le «rangement » est une sorte d’échelle qui définit le salaire des employés du réseau public en fonction de la formation requise et des exigences du poste. La FTQ propose donc de revoir la définition du poste de préposé aux bénéficiaires pour les faire passer du rangement 7 au rangement 9 ou 10, ce qui donnerait une augmentation de 12 % de leur salaire. 

Cela aurait toutefois un «effet domino» sur d’autres corps de métier qui verraient aussi leur rémunération augmenter, a affirmé François Legault, en point de presse. 

«Il y a plusieurs façons d’arriver au 25 $. Les rangements en font partie. Il y a d’autres façons de le faire, qui n’auraient pas cet effet d’entraînement qui peut coûter plusieurs centaines de millions et qui ne serait pas justifié», a indiqué le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, en entrevue, mardi. 

«On s’entend sur les offres différenciées, on s’entend sur la hauteur. Sur ce qu’il faut s’entendre [maintenant], c’est comment y arriver», s’est-il toutefois réjoui. 

Selon la proposition de la FTQ, les quelque 550 000 autres employés des services publics verraient leur rémunération augmenter de 2 % par année pour un contrat de 3 ans, plus 0,87 % pour améliorer la rémunération des bas salariés. 

Dans sa dernière offre, le gouvernement proposait d’augmenter le salaire de ses employés de 5 % sur cinq ans, ce qui fait dire à Christian Dubé que les deux parties ne sont pas loin d’une entente sur cet enjeu.