/finance/homepage

Reitmans se place à l’abri de ses créanciers

Agence QMI

Un autre grand joueur du commerce de détail du Québec est victime de la COVID-19. 

Après Aldo, le détaillant montréalais Reitmans s’est placé à l’abri de ses créanciers mardi. 

Spécialisée dans les vêtements pour femmes, l’entreprise compte environ 6 800 employés et exploite 576 magasins partout au pays, dont 259 Reitmans, 106 Penningtons, 80 RW & CO., 77 Addition Elle et 54 Thyme Maternité. 

Elle compte ainsi se restructurer en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). À court de liquidités pour faire face à ses obligations financières, Reitmans compte demander un financement temporaire dans le cadre de ce processus devant la Cour supérieure du Québec. 

«La demande de protection en vertu de la LACC est assurément la décision la plus difficile que nous ayons eu à prendre dans l'histoire quasi‐centenaire de notre organisation, mais la pandémie actuelle ne nous laisse aucun choix - nous sommes convaincus qu'il s'agit de la seule solution pour nous assurer de continuer à prospérer dans l'avenir», a affirmé président et chef de la direction de Reitmans, Stephen Reitman, par communiqué. 

Reitmans demeurera ouvert en ligne et en magasin, là où cela est permis, durant ce processus de restructuration. 

Reitmans est cotée à la Bourse de Toronto (TSX : RET, RET-A).