/news/law

Conduite pendant interdiction: deux hommes écopent d'une lourde peine

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Bloc Justice

Photo Fotolia

Deux hommes accusés de conduite pendant interdiction dans des dossiers biens distincts ont écopé mutuellement, mercredi, d’une lourde peine de détention en plus de se voir interdire de conduire tout véhicule à moteur pour les six prochaines années. 

Charles-André Hamel, 24 ans, a été le premier à être conduit virtuellement devant le juge Mario Tremblay. 

Les infractions reprochées à Hamel, qui vont du vol de véhicule au voies de fait armé d’une voiture sur un agent de la paix et à la conduite d’un véhicule durant interdiction ont valu au jeune homme une peine de détention de 19 mois. 

«Vous comprendrez, monsieur le juge, que mon client a plusieurs antécédents criminels et la dernière sentence de monsieur remonte à juillet 2019. Il s’était alors vu imposer une peine de détention de 12 mois», a brièvement rappelé à la Cour l’avocat de Hamel, Me Simon Roy. 

En accord avec la suggestion commune qui lui a été proposée, le magistrat a condamné le jeune homme en spécifiant toutefois que l’interdiction de conduire prononcée, qui s’élève à un peu plus de six ans, allait représenter «une éternité» pour ce dernier. 

8ème infractions en semblable matière 

Nicolas Arial, 38 ans, a par la suite pris place dans la salle virtuelle. L’homme faisait face à des accusations de possession de stupéfiants, soit du GHB et des métamphétamines, en plus d’être accusé d’avoir conduit un véhicule à moteur alors qu’il lui était interdit de le faire. 

Tout comme le détenu avant lui, Arial s’est vu imposer, à la suite d’une suggestion commune, une peine de détention de 24 mois et une interdiction de conduire de cinq ans qui sera ajoutée à celle qu’il possédait déjà ce qui fait qu’il ne pourra plus toucher à un volant avant août 2026. 

«Dépassé cinq ans, ce sont de très grosse interdiction de conduire... Je le dis parce que c’est le deuxième dossier ce matin...», a alors mentionné le président du Tribunal. 

«Mon client a tout de même huit antécédents en matière de conduite automobile, c’est pour cette raison que cette peine importante vous est suggérée», a précisé l’avocate de Ariel, Me Marie-Kim Harvey. 

Dans les deux dossiers, les accusés devront respecter une période de probation de trois ans au sortir de détention.