/finance/homepage

Des affaires d’or pour un géant du transport d’ouvriers agricoles

Francis Halin | Journal de Montréal

Photo d'archives

Un géant mondial du transport de travailleurs agricoles étrangers a vu la demande pour ses services exploser à près de 500 travailleurs cette année avec la COVID-19.  

• À lire aussi: 140 000$ pour faire venir des travailleurs étrangers à sa ferme

« Cette année, ç’a été une explosion de la demande », a indiqué au Journal Maxime Lamothe, consultant commercial senior pour Air Charter Service (ACS) depuis quatre ans.  

Cette saison, entre 400 et 500 travailleurs agricoles étrangers ont posé le pied chez nous après avoir voyagé à bord d’un Airbus 320 ou d’un Boeing 737 via les services de la firme britannique.  

Encore méconnu, ce type d’entreprise fait des affaires d’or ici depuis que nos fermiers ont recours à cette main-d’œuvre étrangère, année après année.  

« Air Charter Service (ACS) est au Canada depuis plus de dix ans. On est l’une des plus grosses boîtes au monde qui opère des vols agricoles depuis plus de 30 ans », souligne M. Lamothe, basé à leur antenne de Toronto.  

Un maigre 3 %  

Alors que nos fermiers font appel à ces compagnies pour avoir des travailleurs étrangers, les Québécois qui ont proposé leurs services pour aller aider nos cultivateurs sont encore peu nombreux dans les champs.  

Le 10 mai, à peine 3 % des 9389 personnes qui avaient manifesté leur désir de travailler sur une ferme le faisaient, soit quelque 300 personnes.  

« On pense que ça va être un succès, mais il faut laisser du temps pour que ça décolle. On essaye de simplifier les choses », a expliqué le directeur général de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Charles-Félix Ross, qui souligne que ces chiffres devraient augmenter fin mai, début juin, avec l’éveil de l’activité.  

Ces derniers jours, des fermiers québécois ont indiqué au Journal qu’ils trouvaient difficile d’avoir accès aux travailleurs québécois en raison de la paperasserie ou d’un manque de communication avec l’UPA.  

« C’est l’enfer, a partagé une agricultrice, qui a préféré garder l’anonymat pour éviter d’être stigmatisée par le syndicat. On a appelé l’UPA pour savoir comment faire et on n’a même pas eu de retour encore. »

Dans la même catégorie