/news/currentevents

La criminalité en baisse depuis le confinement à Montréal

side view of car thief in action

tatomm - stock.adobe.com

Le nombre de méfaits, de vols et d’introductions dans les domiciles a chuté à Montréal durant la pandémie, alors qu’au contraire, les entrées par effraction dans les commerces ont augmenté.

En utilisant des données du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le «24 Heures» a comparé le nombre d'actes criminels commis entre le 13 mars 2020 - début de l’état d’urgence sanitaire au Québec - et le 15 mai 2020, par rapport aux données de 2019.

Comparativement à la même période l’an dernier, on observe une diminution d’environ la moitié du nombre de méfaits (-45 %), de vols qualifiés (-50 %) et de vols d’objets liés à des véhicules (-55 %).

La baisse est moins prononcée (environ -30 %) pour les introductions par effraction et les vols de véhicules (-20 %).La criminalité est en baisse de 30 %, dans sa globalité, selon le directeur des communications du SPVM, André Durocher.Cela ne surprend pas Michèle Goyette, présidente de l’Ordre des criminologues du Québec, puisque les «opportunités» sont moins présentes

Par exemple, il y a moins d’événements publics dont peuvent profiter des pickpockets. De plus, avec des rues désertées, les auteurs de méfaits peuvent se faire remarquer plus facilement, illustre-t-elle. Toutefois, des fraudeurs profitent de la pandémie pour demander des informations personnelles ou de l’argent.

Commerces ciblés

Le SPVM a comparé les chiffres du 9 mars au 26 avril avec la moyenne des années 2017, 2018 et 2019 pour la même période.

Si les entrées par effraction dans les résidences ont baissé de 43 %, celles dans les commerces ont augmenté de 24 % cette année, indique l’inspecteur Durocher.

Ces données ne sont pas surprenantes puisque la plupart des gens passent la majorité de leur temps à la maison et que les commerces sont fermés.

Les vols de moins de 5000 $, comme les vols à l’étalage par exemple, ont diminué de 62 %. Quant aux vols de véhicules, il y en a 48 % de moins par rapport à la moyenne des trois dernières années.

«Comme les gens sont à la maison, il y a des bonnes chances que leur véhicule est stationné aussi dans leur entrée ou près de chez eux», commente M. Durocher.

Violence conjugale

Si une diminution de 15 % des cas de violence conjugale est recensée, M. Durocher souligne qu’il faut être prudent avec l’interprétation des données.

«On en a moins qui ont été signalés; maintenant ça ne veut peut-être pas dire pour autant qu’il y en a moins», nuance-t-il.

«Il y a une différence entre les crimes commis et rapportés. Cette différence, on la voit encore plus dans les crimes contre la personne», confirme Mme Goyette, qui n’est pas rassurée par la diminution des plaintes à la police.

«Ce n’est pas simple dénoncer une situation de violence conjugale. Ça ne l’est jamais et probablement moins dans un contexte de pandémie», insiste-t-elle.

Par ailleurs, il est difficile de prédire comment la criminalité va évoluer après la pandémie, selon Mme Goyette, qui évoque plusieurs facteurs qui pourraient influencer la situation, comme la situation économique.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.