/finance/homepage

Le plan de relance économique repoussé à juin à Montréal

Elsa Iskander | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

La Ville de Montréal a repoussé d'un mois la présentation de son plan de relance économique lié à la crise de la COVID-19. 

• À lire aussi: Réseau express vélo : les automobiles devront faire de la place 

Celui-ci devait être présenté en mai, mais ne sera finalement rendu public qu'en juin. L’échéancier de mai avait été mentionné par la mairesse de Montréal Valérie Plante vers la mi-avril. 

Son cabinet indique que la situation a évolué depuis, évoquant notamment l’échéancier d’ouverture des commerces de proximité, repoussé deux fois à Montréal. Initialement prévue pour le 11 mai, cette date est maintenant fixée au 25 mai (lundi) par le gouvernement Legault. 

Le cabinet n’a pas été en mesure de préciser si ce plan sera accompagné de nouveaux investissements. Rappelons qu’à la fin du mois d’avril, la Ville, qui anticipe une baisse importante de ses revenus en raison de la pandémie, avait annoncé des compressions de 123 millions $ dans ses budgets. 

Cela dit, la Ville va miser sur certains investissements prévus au Plan triennal des immobilisations, d’après le cabinet. «On s’attend à ce que les gouvernements accélèrent aussi leurs investissements et nous sommes en discussion pour réaliser des projets plus rapidement», a indiqué Geneviève Jutras, attachée de presse de Valérie Plante. 

Comité aviseurUn comité aviseur, composé de 14 membres, a été mis sur pied pour conseiller l’administration de Valérie Plante sur la relance économique. La mairesse de Montréal et le responsable du développement économique au comité exécutif, Luc Rabouin, y siègent également. 

La vitalité du centre-ville, l’adaptation au télétravail et les grands projets d’infrastructures seront au centre des travaux du comité. 

Ce comité doit donner son avis sur la liste de projets de relance «prêts à démarrer». «Je ne vous cacherai pas que tout ce qui touche l’habitation, le transport collectif, nos grandes infrastructures vertes qui peuvent rendre le territoire plus résilient sont des projets très porteurs», avait dit Mme Plante en avril dernier. 

Le comité devra aussi, entre autres, discuter des enjeux économiques en tenant compte du contexte de pandémie, trouver des manières de faire rayonner Montréal à l’international en ce qui concerne la culture, le tourisme, les échanges économiques et les organisations internationales. Il se penchera également sur les initiatives de relance des autres paliers gouvernementaux pour s’assurer qu’elles répondent aux besoins de la métropole.