/news/coronavirus

On mangeait notre barre tendre en gang et il sort du bois

TVA Nouvelles

À la traîne du Québec, la santé publique du Canada recommande maintenant formellement le port du masque et le couvre-visage lorsqu’il est difficile de respecter les deux mètres de distanciation sociale, et ce, pour l’ensemble des Canadiens.   

• À lire aussi: Le port du masque non médical désormais recommandé à Ottawa  

Mario Dumont s’amuse de tant de lenteur de la part des autorités fédérales alors que la COVID sévit depuis des mois.   

«Le 20 mai! Ça m’a fait penser à quand tu fais une randonnée en forêt en gang. Tout le monde a terminé, est assis à manger sa barre tendre et tout à coup, il y en a un qui sort du bois. Tu te dis: Ben voyons, on l’avait oublié! Il marchait moins vite, il en arrachait un peu», illustre Mario Dumont en riant à gorge déployée.  

La lenteur à recommander le port masque, les tergiversations et pratiquement sa «diabolisation» de la part des deux paliers de gouvernement irritent notre commentateur politique.   

«On a niaisé sur la directive au Québec et là des semaines plus tard, le fédéral sort. Ce n'est pas l’épisode le plus glorieux quand vient le temps de donner des indications claires à la population», soutient Mario Dumont.    

«Au départ, à Québec comme à Ottawa, on a été trop négatif avec le masque. On aurait dû dire: On n’a pas assez de masques pour le personnel de la santé et on n'a pas d’indication formelle à grande échelle que c’est le moyen de se prémunir contre la COVID. On aurait du dire: Si vous voulez vous couvrir le visage faites-le. Ne pas en parler en mal alors que le masque se portait largement en Asie et ailleurs depuis d’autres virus respiratoires. Difficile de ne pas sourire», critique Mario Dumont.  

*** Voyez sa chronique intégrale dans la vidéo ci-haut