/news/coronavirus

Premier cas de contamination dans un commerce à Rimouski

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Un employé d'une épicerie du secteur du Bic à Rimouski a été testé positif au nouveau coronavirus mercredi. 

Une enquête épidémiologique lancée par la direction de la Santé publique a déjà identifié 25 personnes qui ont eu des contacts significatifs avec l'employé infecté. Elles devront toutes se soumettre à un test de dépistage. Il s’agit de collègues et de proches de cette personne.  

• À lire aussi: Les initiatives d'agriculture urbaine se multiplient dans les environs de Rimouski 

Cependant, les clients qui ont fréquenté cette épicerie entre le premier et le 16 mai sont invités à être attentif à l’apparition de symptômes comme de la fièvre, de la toux, des difficultés respiratoires ou une perte d’odorat. En cas de doute, il leur est conseillé de contacter le 1-877-644-4545. 

C’est la première fois depuis le début de la pandémie que la Santé publique du Bas-Saint-Laurent est confrontée à un cas dans un commerce nécessitant un avis de surveillance ciblée. Cependant, les chances que les clients aient été contaminés sont jugées faibles. 

« Notre enquête ne nous permet pas à ce stade-ci d’identifier ou la personne a pu contracter le virus. Notre enquête se poursuit et des tests sont en cours. Ce sont des informations confidentielles mais ce que je suis obligé de vous dire, c’est qu’on n’a honnêtement aucune certitude. Ça veut dire que le virus circule et que des gens vont l’attraper », a expliqué ce matin, lors d’un point de presse, Dr Sylvain Leduc, le directeur de la Santé publique du Bas-St-Laurent. 

Il a aussi précisé avec insistance qu’il n’y a aucun lien à faire entre ce cas et la levée, lundi, des contrôles routiers à l'entrée de la région. Une mesure qui continue à inquiéter bien des résidents du Bas-St-Laurent. 

Selon le docteur Leduc, pareil incident était prévisible et il y en aura d’autres. Preuve aussi à son avis qu’il ne faut pas relâcher les mesures d’hygiène. Il en appelle également au calme et au sens civique de la population. 

« Le fait d’avoir été à l’épicerie dans cette période ne signifie pas que vous serez malades, que vous êtes obligés de vous isoler et surtout pas de vous faire empêcher d’aller travailler. On a eu depuis 24 heures plusieurs situations étonnantes où les gens n’ont pas pu aller au travail parce qu’ils avaient fréquenté l’épicerie et que leurs employeurs auraient jugé qu’ils pouvaient constituer un risque », a soutenu Dr Leduc. 

L’épicerie est toujours fermée le temps que toutes les mesures de décontamination soient appliquées. La Santé publique du Bas-St-Laurent a quand même tenu à rappeler l’excellente collaboration des propriétaires du commerce.