/news/culture

Arrestation d'un producteur hollywoodien accusé d'avoir détourné plus de 30 M$

Agence France-Presse

L'ancien dirigeant d'une société de production et de distribution de films a été arrêté vendredi à Los Angeles. Il est accusé d'avoir détourné au total plus de 30 millions de dollars, s'appropriant notamment des fonds destinés à aider les entreprises en difficulté pendant la pandémie. 

William Sadleir, 66 ans, a été placé en détention par la police fédérale américaine (FBI) à la suite de deux plaintes distinctes déposées en Californie et à New York.  

L'ancien patron d'Aviron Pictures, un distributeur de films indépendants, est accusé en Californie d'avoir fait des demandes frauduleuses de prêts pour plus de 1,7 million de dollars auprès d'un fonds fédéral mis en place pendant la pandémie, selon les procureurs responsables du dossier.   

Le sexagénaire aurait fait des fausses déclarations, prétendant être encore à la tête de la société, afin d'obtenir ces financements aux conditions avantageuses. 

M. Sadleir, qui a fondé Aviron Pictures en 2017, a été démis de son rôle de président l'année dernière. L'entreprise n'a produit ou distribué que six films jusqu'à présent, dont «After», drame romantique sorti en 2019.   

«Dès que les fonds ont été versés, une grande partie a été détournée vers les comptes privés de M. Sadleir et utilisée pour des dépenses personnelles», d'après la plainte californienne.   

L'argent a notamment servi pour faire des virements sur les cartes American Express de William Sadleir et de sa femme, ainsi que pour rembourser un crédit automobile, selon le rapport d'accusation.  

Une plainte distincte déposée à New York accuse M. Sadleir d'avoir orchestré plusieurs opérations frauduleuses liées à des investissements de sa société Aviron Pictures et de ses filiales.   

L'ancien producteur a transféré de manière illicite 25 millions de dollars de fonds d'Aviron, et acheté une résidence privée à Beverly Hills avec une partie de l'argent (14 millions de dollars), selon les procureurs de New York.  

«Il se serait même fait passer pour une employée de la société fantôme basée à New York qu'il a créée afin de mener ses activités illégales», a déclaré William Sweeney Jr, directeur adjoint du FBI à New York.  

S'il est reconnu coupable des quatre accusations qui pèsent sur lui en Californie, M. Sadlier risque une peine pouvant aller jusqu'à 82 ans d'emprisonnement.  

Il encourt par ailleurs jusqu'à 42 ans de prison pour les plaintes new-yorkaises.