/regional/sherbrooke

Des enfants refusés dans les camps de jours?

Marie-Lise Mormina | TVA Nouvelles

Des parents qui ont inscrit leurs enfants à des camps de jour de Sherbrooke pourraient devoir trouver un plan B, les places étant limitées à l’occasion de leur ouverture en contexte de pandémie.

• À lire aussi: Moins d’enfants que l’an dernier dans les camps de jour de la Ville de Québec

Au camp Loisirs Acti-Famille, la directrice générale sait déjà qu'elle devra refuser des jeunes, en raison du manque d'espace et de main d'oeuvre.

Normalement, le camp compte environ 1000 jeunes par été. En ce moment, 650 enfants sont inscrits. De ce nombre, le camp aurait la capacité d'en prendre 250 à 300, si la situation ne change pas. 

Le ratio de moniteurs et enfants a été revu à la baisse, cette année. Le camp Loisirs Acti-Famille a besoin de 103 moniteurs, cet été. En ce moment, une quarantaine a été recrutée.

S'il y a plus de groupes, il faut également plus de locaux.

« Avoir des espaces pour des groupes de 15 versus avoir des espaces pour des groupes de cinq... on n'aura jamais assez de locaux pour tout le monde », explique la directrice générale de Loisirs Acti-Famille, Nancy Robichaud.

Jeudi, le gouvernement de François Legault a annoncé que l’ouverture des camps de jour pourra se produire le 22 juin prochain.

Les groupes seront cependant plus petits qu'à l'habitude pour favoriser la distanciation physique entre les enfants. Ainsi, un groupe ne pourra être composé de plus de 10 enfants, mais pour les plus jeunes, ce ratio baissera à quatre enfants par moniteur chez les 3 à 4 ans, à cinq pour les 5 à 6 ans et à sept pour les 7 à 8 ans.         

Cette ouverture s’accompagnera cependant d’un grand défi de recrutement de moniteurs et de monitrices en raison de la réduction du nombre d'enfants par groupe, a convenu François Legault. Québec évalue qu’environ le double d’entre eux devront être embauchés pour répondre à la demande.