/news/currentevents

Possible incendie criminel à Loretteville

Jérémy Bernier | Journal de Québec

Photo Agence QMI, Guy Martel

Un feu qui s’est déclaré dans un bâtiment résidentiel du quartier Loretteville, à Québec, et qui a nécessité l’intervention de 50 pompiers pourrait être d’origine criminelle.  

Ce sont des agents du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) qui sont arrivés en premier sur les lieux, vers 3 h 42, dans la nuit de jeudi à vendredi.   

Photo Agence QMI, Guy Martel

Ces derniers ont constaté qu’il y avait des flammes qui s’échappaient du sous-sol d’un immeuble à logements de trois étages et de 24 logements, situé au 44, rue Paquet.  

Arrivés peu de temps après, les pompiers ont constaté que l’incendie se propageait du sous-sol vers le 2e étage et que les flammes pouvaient potentiellement se propager dans la structure, jusqu’au toit.     

Photo Agence QMI, Guy Martel

 C’est à ce moment qu’une troisième alarme a été demandée, nécessitant une cinquantaine de pompiers pour dompter le feu.  

« L’aggravation non probable a été donnée vers 4 h 37. Puis, à 4 h 55, l’incendie était sous contrôle », indique Bill Noonan, porte-parole du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec (SPCIQ).  

Photo Agence QMI, Guy Martel

Incidence criminelle probable  

Une enquête du Commissariat aux incendies a été entamée pour connaître la source du feu.   

Photo Agence QMI, Guy Martel

Très peu de détails sont connus pour l’instant pour faire la lumière sur les circonstances de l’événement.   

Photo Agence QMI, Guy Martel

Cependant, comme les enquêteurs avaient des motifs raisonnables de croire qu’il y avait une intervention humaine volontaire, le dossier a été transféré au SPVQ.    

Personne n’a été blessé au cours de l’incident, autant du côté des locataires que de celui des pompiers.   

Photo Agence QMI, Guy Martel

Un seul individu a été examiné pour inhalation de fumée.   

La Croix-Rouge a pris en charge les personnes qui auront besoin d’un toit pour quelques jours.