/news/coronavirus

Québec appelé à sensibiliser les fumeurs sur les risques liés à la COVID-19

Vincent Larin | Agence QMI

Des organismes de lutte au tabagisme interpellent le gouvernement Legault en lui demandant d’insister auprès des fumeurs sur les risques qu’ils encourent en cas de contamination à la COVID-19.

Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre, la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, l'Association pulmonaire du Québec, Capsana et le Conseil québécois sur le tabac et la santé implorent Québec de communiquer sans tarder à la population les risques associés au tabagisme tout en encourageant les fumeurs à arrêter.

«Étant donné que les fumeurs au Québec, comme ailleurs, font face à un risque accru d’infections et de complications liées à la pandémie, ces derniers méritent d’être mieux informés et outillés face à leur dépendance», y affirment ces organismes.

«Le tabagisme est le principal facteur de risque commun à la plupart des facteurs associés à un taux de mortalité plus élevé face à la COVID-19: maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires chroniques, cancer et diabète», ajoutent-ils.

Ces organismes réclament également l’abolition temporaire des barrières financières aux thérapies de remplacement de la nicotine (TRN) et autres aides à la cessation.

«Dans ce contexte anxiogène et de précarité financière pour de nombreuses familles, l’allégement des barrières financières à la cessation serait non seulement opportun pour réduire le tabagisme, mais constituerait également un important signal gouvernemental encourageant ceux qui souhaitent se défaire de leur dépendance à la nicotine », écrit le regroupement.

En vue de la reprise économique post-pandémie, ces organismes proposent aussi de hausser la taxe sur le tabac afin de renflouer les coffres de l’État.

Selon l’Institut de la statistique du Québec, près de 13 000 Québécois décèdent chaque année des suites de maladies liées au tabac. Le Québec compte encore plus de 1,25 million de fumeurs, dont près de 900 000 qui fument quotidiennement, rapporte la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac.