/finance/homepage

Explosion des coûts à la STM

Dominique Cambron-Goulet | Le Journal de Montréal

La construction du garage d’autobus Bellechasse, à Montréal, doit se terminer en 2022.

Photo Dominique Cambron-Goulet

La construction du garage d’autobus Bellechasse, à Montréal, doit se terminer en 2022.

Au moment où le débat public porte sur le port du masque obligatoire dans les transports en commun, le coût de trois projets de construction de la Société de transport de Montréal explose à l’abri des regards. 

Les élus de Montréal s’apprêtent à approuver la semaine prochaine des augmentations de près de 350 millions $ dans trois projets : le garage du métro Côte-Vertu, le garage d’autobus Bellechasse et les ascenseurs du métro.  

Les factures des projets grimpent respectivement de 20, 45 et 70 %. 

La Société de transport de Montréal (STM) impute en bonne partie ces hausses à une « surchauffe du marché de la construction ». L’évaluation budgétaire avait été réalisée avant la pandémie de COVID-19.  

Un étage de plus 

« Cette surchauffe, qui n’est pas spécifique aux projets de la STM, a été établie à 29 % sur les coûts de construction entre 2017 et 2019 », indique le porte-parole Philippe Déry, à propos du garage Bellechasse, dont le coût passe de 254 à 370 M$. 

Dans ce cas précis, la STM a aussi ajouté 38 M$ pour des imprévus additionnels et des frais financiers, ainsi qu’un budget de 5,6 M$ pour pouvoir accueillir une flotte complète d’autobus électriques.  

Un étage supplémentaire devra notamment être creusé pour abriter les équipements. 

M. Déry ajoute qu’il est « normal » que le montant pour les installations d’autobus électriques prévu en 2017 soit ajusté. 

« Même si le Centre de transport Bellechasse a été conçu pour accueillir des bus électriques, nos études et analyses sur l’électrification n’étaient pas aussi détaillées et avancées qu’elles le sont maintenant », dit-il. 

Les ascenseurs plus chers 

La facture pour rendre 14 stations de métro universellement accessibles passe, pour sa part, de 212 à 361 M$.  

En plus d’ajuster le prix de 30 % en raison de la « surchauffe », la STM a réévalué le budget à la hausse à cause des difficultés techniques pour construire les ascenseurs. 

« La réalisation de 7 des 14 stations est plus complexe que prévu », peut-on lire dans un document du conseil d’administration. 

Finalement, en ce qui a trait au garage du métro Côte-Vertu, la facture passe de 418 à 500 M$ en raison de délais causés par la pénurie de main-d’œuvre. 

« La difficulté de mobiliser le personnel spécialisé lors du bétonnage est devenue un enjeu majeur pour le projet », affirme la STM.