/news/coronavirus

Fabrication de masques: la nouvelle mission des militaires de Valcartier

TVA Nouvelles

Découper, plier et coudre... ce sont les nouvelles tâches qu’effectuent les militaires à l'atelier de textile du 5e Bataillon des services de la base de Valcartier. 

• À lire aussi: Qui veut un masque en peau de python?

• À lire aussi: Permis ou interdit? Ouvert ou fermé? Un guide complet pour s’y retrouver

Depuis le début du mois, ils fabriquent des masques en grande quantité pour leurs collègues déployés sur le terrain. 

Ces masques sont donc portés par des cuisiniers, des mécaniciens et des logisticiens, mais aussi par les militaires qui retourneront au travail dans les prochaines semaines.

«Initialement, les masques produits étaient envoyés à l’Opération LASER, à Montréal, et aussi pour les gens qui doivent rentrer au travail pour effectuer des tâches où ils ne peuvent pas respecter deux mètres de distance», explique le major Jérémie Drouin.

Ils sont plus de trente-quatre militaires à travailler quarante heures par semaine dans l’atelier.

«C’est valorisant, admet le Caporal-Chef Pascal Paquet. Avec toute l’équipe, on s’organise pour que ça remonte le moral en même temps.»

Le choix des couleurs de tissus laisse peu de place à la fantaisie. Ceux-ci sont restreints au noir, bleu marin et camouflage pour s’agencer avec l’uniforme des forces armées canadiennes.

Les masques sont envoyés en paquet de 50 aux équipes qui en ont besoin. Jusqu'à maintenant, c’est plus 10 000 masques qui ont été fabriqués par le bataillon. 

La production se poursuivra dans les prochaines semaines.