/regional/montreal/montreal

Un marchand de bonheur à l’hôpital

Michael Nguyen | Le Journal de Montréal

Jean-Marc Bergeron offre des gâteries à ses collègues à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, tels des repas.

Photo courtoisie

Jean-Marc Bergeron offre des gâteries à ses collègues à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, tels des repas.

Un préposé aux bénéficiaires s’est transformé en marchand de bonheur pendant la pandémie, en distribuant pizzas, repas et gâteaux à ses collègues exténués par la crise de la COVID-19. 

« Toutes les personnes dans les murs [de l’hôpital], surtout en ces temps de pandémie, méritent notre admiration », affirme avec conviction Jean-Marc Bergeron, préposé aux bénéficiaires à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montral depuis 32 ans. 

Toujours aimable et professionnel, tant avec ses patients qu’auprès de ses collègues, M. Bergeron s’est mis en tête d’apporter du soutien au personnel, de toutes les façons qu’il peut. 

Jean-Marc Bergeron

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Jean-Marc Bergeron

Sentiment d’être utile 

Son aventure a commencé lorsqu’une amie travaillant pour une grosse compagnie a reçu une cargaison de masques N95, explique-t-il. Comme il en manquait dans le réseau de la santé, il lui a demandé si une partie pouvait être transférée dans le réseau. Et quelques jours plus tard, 1,3 million de masques étaient distribués. 

« Je me suis senti tellement utile et je me suis dit que je pouvais probablement faire plus », dit-il. 

M. Bergeron a ainsi fait une collecte de fonds, afin d’offrir des petites gâteries au personnel hospitalier. Une fois, c’était de la pizza pour les employés de la buanderie. Il a par la suite offert le café et des desserts à des travailleurs de laboratoire. 

Des étages complets ont eu des boîtes-repas. Lorsque Le Journal l’a rencontré, il s’apprêtait à distribuer une centaine de gâteaux italiens, offerts par un voisin. 

Pour ce préposé qui travaille en « zone froide », ses collègues qui combattent la COVID-19 sont des héros. 

Réconfort 

« Ma carrière a été bâtie pour aider les gens, explique M. Bergeron. Je voulais les remercier pour le magnifique travail qu’ils accomplissent jour après jour. Ce sont des petits gestes, mais c’est important d’interagir entre nous, pour s’en sortir tous ensemble. » 

S’il essaye de distribuer du bonheur et du réconfort auprès de ses collègues, c’est parce qu’il est à même de voir le travail qu’ils font dans un contexte de pandémie, et surtout avec une pénurie de main-d’œuvre. 

« Il y a des gens extraordinaires dans le réseau, alors ceux qui veulent vivre une expérience qui va les transformer, ils peuvent venir nous voir, dit-il. Chaque personne qui vient aider va alléger la charge de tous. » 


► Pour faire du bénévolat à cet hôpital, inscription au site : passezalest.org