/news/world

La Commission européenne craint une réduction de concurrence

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Craignant que l’acquisition de Transat par Air Canada nuise à la concurrence dans le transport aérien entre l’Europe et le Canada, la Commission européenne (CE) a décidé d’ouvrir une «enquête approfondie» sur cette transaction annoncée.

«Air Canada et Transat sont les deux principales compagnies aériennes qui exploitent un vaste réseau de liaisons entre l'Europe et le Canada. Nous allons examiner soigneusement si l'opération envisagée est susceptible d'avoir une incidence négative sur la concurrence sur ces marchés, qui entraînerait une augmentation des tarifs, une détérioration de la qualité ou une réduction du choix pour les voyageurs qui traversent l'Atlantique», a affirmé dans un communiqué Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence à la Commission européenne.

Elle a ajouté que la période actuelle est difficile pour les entreprises fortement affectées par la pandémie de COVID-19, mai que «le retour à des conditions normales et saines sur le marché passe par le maintien de la concurrence».

Air Canada et Transat sont respectivement le premier et le deuxième fournisseur de services réguliers de transport aérien de passagers entre l'Espace économique européen et le Canada, a souligné la Commission européenne, lundi, ajoutant que les deux compagnies se font une concurrence «frontale».

Dans une première phase de son enquête, la CE dit ne pas avoir été en mesure «de déterminer si, à long terme, ces compagnies continueraient à se faire concurrence sur toutes les liaisons où elles étaient concurrentes avant la crise».

La Commission entend maintenant approfondir son examen du dossier et doit prendre une décision d’ici le 30 septembre prochain.

Quelques heures après l’annonce de l’institution européenne, Transat a réagi en disant prendre note «de la poursuite du processus d'approbation de la transaction avec Air Canada par la Commission Européenne».

«Pour tenir compte de l'allongement des délais qui en résulte, Transat a informé Air Canada de sa décision d'activer la première période de report d'un mois de la date butoir fixée pour la transaction prévue à la convention d'arrangement», a ajouté Transat.

Rappelons qu’en mars dernier, le Bureau de la concurrence du Canada s’était également montré préoccupé par l’acquisition de Transat par Air Canada, disant craindre entre autres des effets négatifs sur «la concurrence dans la vente de voyages aériens ou de forfaits vacances aux Canadiens», dont une augmentation des prix.

Transports Canada a aussi de son côté piloté une évaluation de la transaction proposée et remis son rapport au ministre Marc Garneau le 1er mai, a souligné Transat, lundi. Au Canada, c’est le conseil des ministres, sur recommandation du ministre des Transports, qui aura le dernier mot sur la transaction.

«Si les approbations requises sont obtenues et que les conditions sont remplies, la clôture de l'arrangement est à présent attendue pour le début du quatrième trimestre de l'année civile 2020», a indiqué Transat, lundi, dans son communiqué.