/news/currentevents

La police analyse les données des véhicules du tueur de la Nouvelle-Écosse

Agence QMI

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a analysé les données des véhicules de l’auteur de la tuerie survenue en avril en Nouvelle-Écosse qui a coûté la vie à 22 personnes.

• À lire aussi: La pandémie aurait rendu le tueur de Portapique paranoïaque

• À lire aussi: Enquête publique réclamée après la tuerie en Nouvelle-Écosse

• À lire aussi: Nouveaux éléments dans l’enquête en Nouvelle-Écosse

Des documents juridiques lourdement caviardés qui ont été rendus publics lundi montrent que la police a saisi des ordinateurs, des cellulaires, ainsi qu'une Ford Taurus Police Interceptor et une Mercedes C-300 appartenant à l'homme, a rapporté le réseau Global.

Le suspect avait été abattu le 19 avril par la police après une cavale de plus de 12 heures sur un parcours d’environ 90 kilomètres.

Ces nouveaux détails liés aux mandats de perquisition révèlent que la police cherchait à savoir si le tueur avait déjà emprunté ce trajet auparavant. Ceci pourrait les aider à déterminer le niveau de planification de cette attaque sanglante, la plus meurtrière au pays.

Certaines données de navigation pourraient inclure des messages textes ou une liste d’appels faits à partir d’un cellulaire, si l’appareil téléphonique était synchronisé avec le système électronique du véhicule.

Le denturologiste de 51 ans possédait six propriétés en Nouvelle-Écosse, trois à Halifax et trois à Portapique. En plus des appareils électroniques, la GRC y a saisi des munitions, selon Global.

Ces documents juridiques ont été dévoilés à la suite de demandes de la part de plusieurs médias.

«Le suspect a fait preuve d’un mépris complet envers la vie humaine en tirant sur des gens assis dans leur auto, des gens marchant en bordure de route et des gens se trouvant dans leur maison», peut-on lire dans un des documents.

Les autorités tentent de comprendre les motivations du tueur et de déterminer s’il a obtenu de l’aide pour se procurer les armes semi-automatiques qu’ils possédaient.

D’autres documents liés à des perquisitions décrivaient le tueur comme étant violent, paranoïaque et psychopathe, selon des témoignages fournis à la GRC par des gens qui le connaissaient.

Selon ces témoins, le responsable de cette tuerie détestait la police et possédait un arsenal d’armes à feu et de munitions.

Lors de son carnage, le tueur était vêtu d’un uniforme semblable à celui porté par les agents de la GRC et il conduisait une voiture qui ressemblait à s’y méprendre à celles de la police fédérale.