/finance/homepage

Difficile de garder ses distances au centre-ville de Montréal

TVA Nouvelles

La vie a repris son cours sur la rue Sainte-Catherine au centre-ville de Montréal, mais les consommateurs pressés devaient prendre leur mal en patience avant de pouvoir entrer dans le commerce de leur choix.   

En plus de devoir attendre en file, il était difficile pour les clients de rester à distance, notamment en raison de l'imposant chantier de construction, laissant peu d'espace pour circuler à pied. Des sens uniques ont été mis en place, mais en raison des files d'attente, les piétons doivent à certains moments se frôler afin de circuler.   

• À lire aussi: Des allures de Boxing Day au DIX30  

Malgré tout, l’ouverture des commerces non-essentiels a véritablement donné vie au centre-ville lundi midi, artère commerciale qui a été complètement désertée lors du confinement.      

Une équipe de TVA Nouvelles a constaté les centaines de clients prêt à attendre quelques minutes afin d’entrer dans leur boutique préférée. Files d’attente constatées chez Zara, Simon , Best Buy par exemple.      

Les masques et les couvre-visage, qui ne sont pas obligatoires, étaient omniprésents.      

Dans le grand magasin Simon, une équipe de gestion de foule s’emploie à compter le nombre de clients à entrer dans le commerce. Distribution de gel hydroalcoolique devient aussi la norme.      

«On va devoir passer à la vapeur tous les vêtements à essayer. Ça va être une adaptation ça va, c’est une période de changements, mais tout le monde a appris à marcher, ça été difficile au début, on est tombé, on va se relever», explique Catherine Keskinbicak, superviseure régionale pour les boutiques Tristan.      

  

Pour certains clients rencontrés, la façon de faire, soit faire la file, était ridicule, mais admettaient qu’ils n’avaient pas le choix de se soumettre au processus. D’autres étaient tout sourire à l’idée de retrouver une vie sensiblement normale.  

Dans la même catégorie