/news/coronavirus

Mesurer le niveau de stress par les cheveux

TVA Nouvelles

La pandémie permet à une chercheuse montréalaise de mener une étude à propos de l’épuisement professionnel chez les travailleurs de la santé et d’être à même de mesurer leur degré de stress avant et après la crise du coronavirus grâce à leur chevelure.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

Judith Brouillette, psychiatre et cheffe du département de psychiatrie à I’Institut de cardiologie de Montréal, ainsi que son équipe ont besoin de 300 volontaires pour mener à bien leur recherche.   

«Le but de la recherche est de découvrir les facteurs de risque et de protection contre l’épuisement professionnel chez les travailleurs de la santé pendant la COVID-19», explique-t-elle.  

Les participants auront à remplir un questionnaire d’abord en juin puis un second en mars 2021 qui se penchera sur la résilience, le soutien social, la charge de travail, le soutien organisationnel perçu, l'accès aux techniques de simulation et aux ressources en santé mentale.  

«On prélèvera aussi un échantillon de leurs cheveux afin de mesurer le cortisol, l’hormone du stress, qui s’y trouve avant et après la pandémie», précise la Dre Brouillette.  

La psychiatre souhaite ainsi être en mesure de «dégager le plus vite possible les facteurs de risque et de protection face au burn-out afin de protéger de meilleure façon la santé psychologique des professionnels et travailleurs de la santé.»  

Si vous êtes l’un de ces travailleurs de la santé, le recrutement des volontaires se fait entre le 21 mai à midi et le 5 juin 2020. Pour plus d’information, cliquez sur burnout.mhicc.org