/news/coronavirus

10 jours de congé de maladie payés: «Aller travailler, ça va être suspect»

TVA Nouvelles

Après avoir lancé la Prestation canadienne d’urgent (PCU) et la PCU étudiante, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé, hier, qu’il désirait offrir 10 journées de congé de maladie payées par année. Une autre mesure qui en dissuadera plusieurs d’aller travailler, croit le chroniqueur Mario Dumont. 

• À lire aussi: Ottawa veut donner 10 journées de congé de maladie payées aux travailleurs

• À lire aussi: Trudeau forcé de défendre l'utilisation de la subvention salariale par le PLC

Il faut rendre à César ce qui est à César, Mario Dumont comprend la logique derrière cette nouvelle annonce. 

«La logique, elle est fondée sur une chose, c’est que si tu veux combattre le virus, il ne faut pas que des gens qui ont des symptômes, mais qui ne veulent pas perdre leur revenu [...] disent "je fais de la fièvre, je vais aller travailler pareil parce que j’ai besoin de ma paye"», admet-il. 

Il trouve cependant que cette annonce semble aller à contre-courant des mesures entreprises par les provinces pour relancer leur économie. 

«Je trouve que ça participe, d’une façon générale, à cette atmosphère que, pendant que les provinces se débattent pour essayer de repartir leur économie, pour créer la reprise économie, il y a de plus en plus d’incitatifs à ne pas travailler. Et ça, on s’entend-tu que tout le monde qui a un incitatif à ne pas travailler, ce n’est pas tout à fait l’ingrédient numéro un qu’espèrent les provinces pour aider la reprise de leur économie», lance le chroniqueur. 

De plus, pour Mario Dumont, cette annonce ne semble pas très structurée et laisse de nombreuses questions sans réponses. Une chose est certaine, «les gens qui vont travailler, c’est de plus en plus suspect», dit-il à la blague. 

Écoutez l’intégralité de la chronique de Mario Dumont dans la vidéo ci-dessus.