/news/society

[EN IMAGES] La chaleur fait du bien à l’âme

Antoine Lacroix

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Les Québécois ont été nombreux à se trouver à l’extérieur hier pour magasiner ou se rafraîchir en raison de la vague de chaleur, qui devrait s’intensifier aujourd’hui.   

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Partout dans le sud, le centre ou l’ouest du Québec, on devrait s’approcher des records de température répertoriés au mois de mai ou même les battre.      

« Avec un 32,7 °C [hier], il s’agit de la deuxième température la plus chaude enregistrée pour un mois de mai, à Mont-réal. Le record était de 34,7 °C en 2010. Et [aujourd’hui], on pourrait bien battre ce record », explique Anne-Sophie Colombani, météorologue chez MétéoMédia.      

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Des records de température ressentie pourraient aussi être battus aujourd’hui, dit-elle. À Montréal, il s’élève à 40 °C.    

  

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Photo Agence QMI, Maxime Deland

  

Photo Agence QMI, Maxime Deland

  

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Accès aux jeux d’eau  

Mirko et Mahina ont profité de l’ouverture des jeux d’eau à Montréal pour aller se rafraîchir.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Mirko et Mahina ont profité de l’ouverture des jeux d’eau à Montréal pour aller se rafraîchir.

La vague de chaleur a forcé l’ouverture de certains jeux d’eau à Montréal afin de permettre aux familles de se rafraîchir.  

« Je suis vraiment contente que ça ait ouvert. À peine arrivé, mon petit garçon a sauté dans l’eau ! Ça lui fait du bien et à nous aussi, a lancé Ana Maria, avec son petit Elia, 5 ans. C’est vraiment un soulagement. »  

Les autorités de santé publique et la Ville travaillent pour envisager d’autres possibilités afin que la population puisse avoir accès à des zones de fraîcheur, comme des arénas, où la distanciation physique sera tout de même possible.  

Les personnes positives à la COVID-19, mais sans accès à de la climatisation, pourront sortir à l’extérieur de manière exceptionnelle pour se rafraîchir. Ils devront toutefois porter un masque, se laver les mains et ne pas s’approcher des autres, a indiqué hier la Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal.  

« On ne veut pas que quelqu’un prenne un risque plus important lié à la chaleur », a indiqué Mylène Drouin.  

– Antoine Lacroix et Clara Loiseau  

Des baigneurs pressés de se saucer  

Joanie Constantineau, Isabelle Prud’Homme, Juliette Marinelli-Côté et Camille Desrochers-Moreau ont profité de la plage urbaine de Verdun, hier.

Photo Jonathan Tremblay

Joanie Constantineau, Isabelle Prud’Homme, Juliette Marinelli-Côté et Camille Desrochers-Moreau ont profité de la plage urbaine de Verdun, hier.

Montréalais et gens de la Rive-Nord n’ont pas attendu l’ouverture des plages pour s’y rendre afin de se rafraîchir, hier.  

« C’est la première fois qu’on se revoit les quatre depuis le début du confinement », a lancé Juliette Marinelli-Côté, à la plage urbaine de Verdun, où la baignade n’est pas encore supervisée.  

Elle et ses amies n’avaient pas d’air conditionné chez elles. Elles s’en faisaient avec la possibilité d’écoper d’une contravention. « Ce n’est pas pire que d’être dans un parc », a relativisé l’étudiante de l’UQAM, entourée d’une cinquantaine de baigneurs.  

À Laval, une vingtaine de personnes ont profité de la berge aux Quatre-Vents. Les plus téméraires se sont baignés dans l’eau froide de la rivière des Mille-Îles, même si la baignade y est interdite.   

– Jonathan Tremblay et Cédérick Caron  

Des commerces achalandés  

Les clients de Club Tissus, à Saint-Hubert, devaient patienter une heure hier.

Photo Erika Aubin

Les clients de Club Tissus, à Saint-Hubert, devaient patienter une heure hier.

​Malgré la chaleur accablante, les consommateurs ont continué de faire la file devant plusieurs commerces de la grande région de Montréal.  

C’est le cas de Colette Beaulé, qui a attendu plus d’une heure avant de pouvoir entrer chez Club Tissus, à Saint-Hubert.   

Elle n’était pas sortie de chez elle depuis la mi-mars. Elle attendait avec impatience l’ouverture de ce magasin, hier, et la canicule ne l’a pas découragée de s’y rendre.   

 « C’était un bonheur de sortir et de conduire ma voiture. J’achète ici du tissu pour fabriquer des vêtements. C’est une véritable passion pour moi ! » raconte-t-elle.  

– Erika Aubin