/news/coronavirus

L'accès au parc d'Oka pourrait être libéré dès mercredi

Agence QMI

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Le conseil de bande de Kanesatake a annoncé, mardi soir, s'être entendu avec Québec sur un protocole qui pourrait mener à la réouverture de l'accès au parc national d'Oka dès mercredi.

Par communiqué, le grand chef Serge Otsi Simon a expliqué que la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) et le gouvernement ont accepté, à la suite d'une rencontre tenue lundi, de respecter une liste de conditions posées par la communauté mohawk en vue de libérer l'accès au parc.

Rappelons que depuis mercredi dernier, date de la réouverture des parcs nationaux, un groupe de Mohawks bloquent l'accès au parc par crainte que les visiteurs n'amènent la COVID-19 dans la communauté autochtone.

Ceux-ci lèveront leur blocus dès que Kanesatake aura reçu l'assurance que le plan négocié a été approuvé par Québec, ce qui est prévu pour mercredi.

Les Mohawks font preuve d'une certaine méfiance vis-à-vis de la position du gouvernement sur la pandémie de COVID-19 et sur sa volonté de déconfinement.

«Le gouvernement du Québec et ses autorités de la santé croient que la première vague de la pandémie de COVID-19 pourrait être terminée. L'unité d'intervention d'urgence de Kanesatake, qui se fie aux retours provenant de notre communauté, veut protéger la santé et sécurité de nos membres, surtout les plus vulnérables, et opte donc pour une approche plus prudente», peut-on lire dans le communiqué.

Ce faisant, des conditions ont été exigées pour permettre la réouverture du parc d'Oka. Notamment, celui-ci ne pourra accueillir que 50 % de son nombre maximal de visiteurs, et ceux-ci pourront uniquement provenir des municipalités environnantes des Basses-Laurentides.

Dans la même catégorie