/news/culture

Les artistes veulent des réponses claires de Québec

TVA Nouvelles

Insatisfaits par les annonces de la ministre de la Culture Nathalie Roy, les artistes ont uni leurs voix dans une lettre où ils affirment ne pas être pris au sérieux. 

Se faisant porte-voix de ces 250 artistes, Lorraine Pintal, la directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) dénonce sur les ondes de LCN que Québec n’ait pas une vision claire a plus long terme pour le milieu culturel. 

«On est nombreux, les directions de théâtre à penser à un plan de relance, mais encore faut-il qu’on nous donne les moyens de le faire. Alors c’est là où un a besoin d’appuis, on a besoin de l’appui du gouvernement. On a besoin d’avoir des déclarations franches, claires et qui [sont] là pour dire que l’artiste est essentiel à la société», lance-t-elle d’emblée. 

Or, Mme Pintal regrette que le gouvernement se soit fait trop vague dans ses premières annonces de vendredi. La ministre Roy avait alors annoncé la réouverture des ciné-parcs, musées, bibliothèques et studios d'enregistrement, ainsi que la possibilité de capter des spectacles dans des salles vides.  

À maintes reprises déjà, le premier ministre François Legault a indiqué que les arts de la scène devant public pourraient que ne reprendre en 2021. Lorraine Pintal trouve désolant que les artistes – qui se sont retrouvés soudainement sans salaire – se retrouvent encore au chômage à l’automne. 

Un plan de mesures sanitaires pour protéger le public et les artistes, aides financières, mesures de relance pour des entreprises plus à risque et reconnaissance du public sont au cœur des recommandations fait au gouvernement pour relancer l’industrie. 

«Elles vont être des mesures d’urgence, on s’entend, c’est ponctuel. On est en état de crise. Ce sont des mesures qui visent surtout à reconnaître qu’il y a beaucoup d’artistes en chômage. On a peur de perdre des talents, en fait» explique la directrice. 

S’il le faut – et la piste est déjà explorée –, le TNM est prêt à adapter sa programmation pour être en mesure de respecter la distanciation sociale lors de représentation, admet Mme Pintal. 

«C’est tout un défi, mais c’est là où on adapte notre programmation. On a trouvé des spectacles qui sont adaptés aux mesures de distanciations sociales», affirme-t-elle. 

Dans une ambiance qu’elle juge «surréelle», Lorraine Pintal indique que seuls 150 des 800 sièges du TNM pourraient être occupés advenant une relance à l’ère de la distanciation. 

Néanmoins, rien de tout ça n’est possible pour l’automne sans que Québec autorise la réouverture des salles de répétition, notamment.

Dans la même catégorie