/regional/estduquebec/basstlaurent

Les employés des CHSLD seront testés au Bas-Saint-Laurent

Gilles Turmel | TVA Nouvelles

Tout le personnel des 13 CHSLD du Bas-St-Laurent sera testé pour la COVID-19. La mesure n’est pas obligatoire mais le ministère de la Santé aimerait que la grande majorité des 1700 employés qui travaillent dans les centres d’hébergement de la région s’y soumette.  

• À lire aussi: Hôpital régional de Rimouski : le syndicat inquiet 

• À lire aussi: Premiers cas d'éclosion à l'Hôpital régional de Rimouski 

Il faut savoir que le personnel de tous les CHSLD de la province est aussi invité à passer un test de dépistage. L’idée c’est d’avoir un portrait de la situation à ce moment-ci de la pandémie. C’est ce que le ministère appelle une étude de prévalence. 

Ça concerne tous les types d'employés œuvrant en CHSLD, que ce soit les médecins, les infirmières, les préposés aux bénéficiaires, le personnel d’entretien et dans les cuisines, tous sans exception sont concernés. Et l’étude est très ciblée, on parle des personnes qui ont ou auront travaillé entre le 18 et le 29 mai.  

Les tests sont déjà débutés et vont prendre fin d’ici la fin du mois. Les résultats qui s’avéreront positifs seront rendus publics.  

Attente de résultat à Rimouski  

Par ailleurs, les tests se poursuivent à l’hôpital de Rimouski où deux patients ont été infectés la semaine dernière. 

D’abord à l’unité de médecine générale où un patient a été testé positif mercredi. Jusqu’à maintenant, 23 usagers et 100 employés, qui pourraient avoir été en contact avec cette personne infectée, ont passé un premier test de dépistage. Ils sont tous négatifs mais les protocoles prévoient qu’il faut deux tests négatifs avant de déclarer une personne non-infectée. Les résultats de ces deuxièmes tests sont normalement attendus aujourd’hui.  

Même scénario pour la vingtaine d’employés du bloc opératoire où un patient a été testé positif jeudi dernier après une chirurgie d’un jour. On attend là aussi les résultats des deuxièmes tests; les premiers étaient tous négatifs. 

Cependant, ces employés vont demeurer en quarantaine malgré tout puisqu’ils ont été en contact direct avec une personne infectée. Ils sont donc jugés à risque élevé et on ne veut prendre aucune chance en les ramenant au travail à l’hôpital.

Dans la même catégorie