/news/coronavirus

Une spécialiste s'inquiète de l'«attitude de la population»

TVA Nouvelles

Alors que le Québec poursuite son déconfinement tout en se préparent pour une éventuelle deuxième vague, une professeure en biochimie plaide pour que l’on continue de suivre les consignes.

• À lire aussi: Difficile de garder ses distances au centre-ville de Montréal

• À lire aussi: Le gouvernement Legault doit se préparer à une deuxième vague, plaide l’opposition

• À lire aussi: «On a une réticence à diminuer nos mesures», dit un médecin en faveur du déconfinement

En entrevue à LCN, la professeure à l’Université de Montréal et directrice du laboratoire de recherche sur les interactions hôtes/virus au CRCHUM Nathalie Grandvaux s’inquiète de l’attitude de la population.

«Si la reprise des activités est bien gérée, mais les gestes barrière ne sont pas conservés, si les gens ne respectent plus les distances de deux mètres, ne respectent plus le lavage des mains et de faire attention aux personnes vulnérables», de dire la professeure.

Elle déplore également le fait que peu de personnes portent le masque à l’intérieur. 

Dans l’éventualité d’une deuxième vague, la spécialiste croit qu’on devrait miser sur des mesures ciblées. 

«On a beaucoup appris. On a appris sur qui sont les personnes vulnérables et qui ont des risques de se retrouver hospitalisées», ajoute-t-elle.

Pour elle, il ne faudrait également pas procéder à un autre confinement et plutôt aller dans l’optique de prévenir plutôt que de guérir

«Si on peut faire en sorte qu’on ait moins de gens exposés tout en n’arrêtant pas l’économie, je pense que c’est vers là qu’il faut s’en aller», conclut-elle.