/news/coronavirus

CHSLD: Trudeau promet de l'aide du fédéral, mais reste prudent

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau promet que le fédéral sera au rendez-vous pour aider les provinces à corriger les lacunes dans les centres de soins de longue durée, notamment au Québec, mais reste prudent sur la façon d’y parvenir afin de ne pas créer de conflit sur le respect des compétences provinciales.

• À lire aussi: Des conditions «horribles» dans des CHSLD de l’Ontario  

• À lire aussi: CHSLD au Québec | Le rapport des Forces armées dévoilé  

 «Ce sont toutes des discussions qu’on peut et qu’on doit avoir entre les premiers ministres. Pour l’instant, notre priorité est de s’assurer que l’aide dont on a besoin maintenant pour le système, que ce soit par les Forces armées ou d’autres moyens, sera là», s’est contenté de dire M. Trudeau mercredi.

Quelques minutes plus tôt, Québec dévoilait un rapport préparé par les militaires envoyés en renfort dans une vingtaine de CHSLD durement touchés par la crise de la COVID-19. Ce dernier soulève des «enjeux préoccupants» aux yeux de Justin Trudeau, comme un manque criant de personnel et la difficulté de limiter les déplacements entre zones chaudes et zones froides.

Il a toutefois souligné que la plupart des «éléments troublants» avaient été mentionnés par Québec pour justifier sa demande d’assistance des Forces armées canadiennes (FAC).

Plus de 1000 militaires épaulent 25 CHSDL du Grand Montréal. Le déploiement doit prendre fin le 12 juin, mais le gouvernement québécois de François Legault souhaite que la mission soit prolongée jusqu’au 15 septembre.

«Nous n’allons pas pouvoir continuer toute cette durée parce que nous n’avons pas le personnel. Quand nos gens travaillent sept jours sur sept, ce n’est pas viable», a toutefois signalé le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, en entrevue au réseau CBC. Il a relevé que plusieurs membres des FAC ont contracté la COVID-19 et que les effectifs médicaux doivent éventuellement retourner servir au sein de l’armée dans ses mandats réguliers.

«En même temps, nous allons travailler avec la province pour arriver avec une solution afin que ces établissements aient du soutien. Je suis certain que nous allons trouver un plan, un qui est viable pour les Forces armées», a-t-il ajouté

Mardi, l’Ontario dévoilait aussi un rapport des FAC aux conclusions accablantes, allant de constats d’infestation de coquerelles dans des établissements pour aînés à l'observation de comportements agressifs du personnel.

Le premier ministre Trudeau a indiqué qu’il soulèvera la question des conditions des aînés dans les établissements de soins de longue durée au cours de son appel hebdomadaire, jeudi soir, avec ses homologues des provinces et des territoires.

Il s’est toutefois fait avare de détails sur le rôle qu’il estime que le fédéral doit jouer dans ce dossier. Il s'est bien gardé de préciser ses intentions sur la possibilité d’offrir un financement ciblé, celle de hausser les transferts en santé ou de lancer une enquête nationale.

«Bien sûr, il y aura plusieurs discussions importantes alors que nous avancerons sur la question de déterminer comment établir un meilleur système au Canada. Je ne vais pas court-circuiter la conversation en mettant de l’avant des propositions agressives», a-t-il dit.

De son côté, le chef bloquiste Yves-François Blanchet presse Ottawa de ramener sa part de financement des soins de santé par le biais des transferts à hauteur de 50 %.

Le Nouveau Parti démocratique souhaite quant à lui que M. Trudeau «fasse preuve de leadership», évite «l’excuse des juridictions» et établisse des standards nationaux à respecter dans les établissements de soins de longue durée, tout en allongeant plus d'argent pour ces centres.

Dans la même catégorie