/news/politics

Le ministre Simon Jolin-Barrette resserre l'accès au Programme d’expérience québécoise

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Le gouvernement Legault resserre l’accès au Programme d’expérience québécoise (PEQ). Les postulants devront avoir travaillé au Québec et leurs conjoints devront avoir une maîtrise minimale de la langue française.

Après avoir cafouillé dans ce dossier l’automne dernier, le ministre Simon Jolin-Barrette a dévoilé jeudi une nouvelle mouture de sa réforme de l’immigration.

Il n’a pas caché son désir de diminuer le nombre d’immigrants sélectionnés par l’entremise de ce programme accéléré permettant aux étudiants et travailleurs étrangers temporaires d’obtenir rapidement leur certificat de sélection du Québec, préalable à la résidence permanente.

«Le PEQ prend toute la place dans la catégorie des travailleurs qualifiés et paralyse le Programme régulier des travailleurs qualifiés, Arrima. Le PEQ ne peut pas être le seul moyen d'immigration au Québec, a-t-il fait valoir. Ça va baisser, inévitablement, car on exige une expérience de travail».

Photo Simon Clark

D’ailleurs, il faudra davantage de patience aux requérants puisque les délais de traitement des dossiers passeront de 20 jours à six mois.

Le gouvernement laisse tomber la controversée liste des domaines de formation accessibles au PEQ. Gestionnaires, médecins, architectes, avocats ou photographes y auront accès. Mais d'autres travailleurs n’y seront toutefois plus admissibles. C’est le cas des travailleurs moins qualifiés, comme les serveurs ou les réceptionnistes.

«Le PEQ n'est pas le meilleur outil pour sélectionner ces catégories de travailleurs, et ce, notamment en région», a affirmé le ministre caquiste de l’Immigration. Il mise sur d'autres programmes pour recruter cette main d'oeuvre à l'étranger.

Pour postuler, les diplômés collégiaux et universitaires devront avoir en poche une expérience de travail d’au moins douze mois en sol québécois. Pour les détenteurs d’un DEP, l’exigence sera de deux ans. Les travailleurs étrangers temporaires devront avoir occupé un emploi à temps plein pendant trois des quatre années précédant leur demande.

Comme c’était le cas jusqu’ici, les postulants au PEQ devront détenir un français intermédiaire avancé. Une nouvelle exigence pour les conjoints a été ajoutée. Ils devront démontrer une connaissance de base à l’oral de la langue de Molière.

Ces nouvelles mesures entreront en vigueur dans un an. Le dossier de ceux qui ont déjà déposé leur demande sera traité en vertu des règles qui prévalaient jusqu’à maintenant.