/news/coronavirus

Les campeurs soulagés

Jean-Luc Lavallée | Journal de Québec

Les campeurs, propriétaires de campings et locateurs de chalets ont tous été soulagés, mercredi, d’apprendre que leur saison est sauvée en tout ou en partie.  

L’annonce de la ministre du Tourisme Caroline Proulx, qui a confirmé la reprise de ces secteurs d’activité dès le 1er juin, a eu l’effet d’un baume pour tout un pan de l’industrie touristique, durement affecté dans les derniers mois.  

• À lire aussi: Au tour des parcs de Forillon et de la Mauricie de rouvrir lundi 

• À lire aussi: Près d'une heure d'attente sur le site web de la Sépaq 

• À lire aussi: Voici à quoi ressemblera l'été touristique au Québec 

Malgré les limitations et les règles sanitaires strictes qui seront mises en place, tous se disent prêts à faire les sacrifices nécessaires pour pouvoir profiter pleinement de la nature ou relancer leur entreprise avant qu’il ne soit trop tard.  

Au Chalet en bois rond, à Sainte-Christine-d’Auvergne, le propriétaire se dit heureux, même si la contrainte d’une unité familiale par chalet le privera d’importants revenus.

Photo courtoisie

Au Chalet en bois rond, à Sainte-Christine-d’Auvergne, le propriétaire se dit heureux, même si la contrainte d’une unité familiale par chalet le privera d’importants revenus.

« Je suis folle de joie. Enfin, un peu de liberté dans la nature », s’est exclamée Lucie Belec, qui séjourne au Camping Lac Lafontaine, à Saint-Jérôme. « Le confinement a été difficile. Ça remonte le moral », a confié Kristelle Blanchard, qui prévoit camper cet été dans des parcs nationaux.  

Au Camping Stoneham, la propriétaire Camille Gagné-Sainclair jubilait. Depuis mardi, le téléphone n’a pas cessé de sonner. Les contraintes liées aux mesures sanitaires n’altéraient pas la bonne humeur. « C’est le paradis pour nous. Les contraintes, on va fonctionner avec. »  

Signe de l’engouement, le site web de la Sépaq a été pris d’assaut mercredi après-midi. Des milliers de personnes ont été placées dans une file d’attente virtuelle et ont dû patienter longuement.  

Le Moulin Saint-Laurent à l’île d’Orléans pourra recommencer à louer des chalets.

Photo courtoisie

Le Moulin Saint-Laurent à l’île d’Orléans pourra recommencer à louer des chalets.

Les entreprises de location de chalets, comme Au Chalet en bois rond, dans Portneuf, se réjouissent aussi de pouvoir redémarrer leurs activités, même si la contrainte d’« une seule unité familiale » par chalet les privera de revenus.  

« Tout le monde est heureux, c’est un vent de fraîcheur pour l’été. Juste d’ouvrir, c’est un grand soulagement », a réagi Charles Lessard, qui s’attend néanmoins à des pertes de 1 M$ cette année.  

François Couture, des Chalets alpins à Stoneham, n’était pas aussi euphorique au bout du fil. « C’est un départ, mais ça va hypothéquer beaucoup le reste de l’été. En pourcentage, d’après moi, on va perdre 50 % de notre été », a-t-il réagi.  

Réaction mitigée dans les pourvoiries  

Dans plusieurs pourvoiries, les propriétaires se désolaient de ne pas pouvoir accueillir les « gangs de chums » dans un même chalet en juin. Mais au moins, « c’est un bon début de commencer avec des familles. On est super contents de l’annonce », a relativisé Bruno Caron de la pourvoirie Waban-Aki à La Tuque.   

- Avec Erika Aubin et Stéphanie Martin 

Une nouvelle bien accueillie  

« On a perdu beaucoup et on a vécu un stress immense [mais] il faut aller de l’avant. On va sauver la majorité de la saison. » 

— Simon Tessier, PDG de Camping Québec  

« Les gens ont hâte, et je suis très contente parce que, de toute façon, j’avais déjà prévu la consigne du délai de 24 heures entre chaque location pour les chalets. » 

— Anne Lachance, copropriétaire du Moulin Saint-Laurent à l’île d’Orléans  

« C’est une bonne nouvelle, ça permet de passer à une autre étape, mais c’est certain que l’enjeu de la viabilité des entreprises reste entier. » 

— Martin Soucy, PDG de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec