/news/law

L’ex-politicien André Boisclair accusé d’agression sexuelle armée avec un tiers

Michaël Nguyen et Félix Séguin et Martin Jolicoeur | Bureau d'enquête

Accusé d’agression sexuelle armée, l’ex-ministre André Boiclair a démissionné de son poste de directeur général de l’Institut du développement urbain du Québec (IDU), a appris le Journal de Montréal.

« Le ou vers le 8 janvier 2014, à Montréal, [...] en agressant sexuellement [la victime], a commis l’infraction avec la participation d’une autre personne », peut-on lire dans le mandat d’arrestation visé signé par une juge de la Cour du Québec, ce jeudi.

André Boisclair, 54 ans, fait face à deux chefs d’accusation, toute sur la même victime qui n’est identifiée dans le mandat que par ses initiales.

Comme il s’agit d’un mandat visé, cela signifie que l’ex-chef du Parti québécois de 2005 à 2007 devra se rendre au poste de police à une date non déterminée afin de prendre ses empreintes digitales, pour ensuite se présenter à la cour.

À ce stade-ci, il ne risque pas d’être placé en détention préventive.

Selon nos sources, le SPVM a appris en fin de journée mercredi que l’ancien député de Gouin et de Pointe-aux-Trembles allait faire l’objet de ce mandat visé. Le cabinet du premier ministre François Legault aurait aussi été mis au courant de l’éventuelle arrestation de son ancien collègue péquiste.

Le SPVM, le bureau du premier ministre et le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ont refusé de confirmer ces informations.

Ligne raccrochée 

Lorsque notre Bureau d'enquête l'a joint au téléphone, M. Boisclair a raccroché la ligne immédiatement après que nous nous soyons identifiés.

Nos appels à son bureau sont aussi restés sans réponse. André Boisclair est maintenant lobbyiste pour l'Institut de développement urbain du Québec.

En 2018, Boisclair avait plaidé coupable d’avoir refusé de se soumettre à un alcotest et d’entrave, pour un événement qui était survenu en novembre 2017 à Québec. Il avait écopé d’une amende de 2000 $ et d’une interdiction de conduire d’une durée d’un an. Il s’en était toutefois sorti avec une absolution inconditionnelle pour le chef d’entrave.

Cette fois, s’il est reconnu coupable au terme d’un procès, il risque un maximum de 14 ans d’incarcération. Il n’y a toutefois pas de minimum.

Boisclair démissionne de l’IDU 

Accusé d’agression sexuelle armée, l’ex-ministre André Boiclair a démissionné de son poste de directeur général de l’Institut du développement urbain du Québec (IDU), a appris le Journal de Montréal.

L’information nous a été confirmée jeudi après-midi, par Mathilde St-Vincent, conseillère en communication de Casacom, oeuvrant pour le compte de l’IDU.

«André Boisclair a effectivement remis sa démission à titre de directeur général de l’IDU, nous a-t-elle répondu par courriel. Nous rendrons public le nom de son remplaçant par intérim sous peu. L’IDU n’émettra aucun autre commentaire.»

L’ex-politicien de 54 ans a été accusé jeudi d’agression sexuelle armée avec un tiers, pour un événement survenu à Montréal en janvier 2014. Il fait face à deux chefs d’accusation, toute sur la même victime qui n’est identifiée dans le mandat que par ses initiales.

M. Boisclair agissait à titre de pdg de l’Institut de développement urbain du Québec (IDU) depuis 20016. Aupravant, il avait dirigé (de 2013 à 2016) le Comité d’examen des répercussions sur l’environnement et le milieu social (COMEX) et agit à partir de 2014 à titre de conseiller spécial du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

André Boisclair a été élu sous bannière du Parti québécois à cinq reprises (1989-2004) et (2006-2007) avant qu’elle ne prenne fin abruptement. En 2018, Boisclair avait plaidé coupable d’avoir refusé de se soumettre à un alcotest et d’entrave, pour un événement qui était survenu en novembre 2017 à Québec.

Il avait écopé d’une amende de 2000 $ et d’une interdiction de conduire d’une durée d’un an. Il s’en était toutefois sorti avec une absolution inconditionnelle pour le chef d’entrave.

Si vous avez de l'information sur le crime organisé et les affaires policières contactez Félix Séguin en toute confidentialité: felix.seguin@protonmail.com et 514-618-6784 (cellulaire, Signal)