/news/coronavirus

Un demi-million de poules devront être abattues

Francis Halin | Le Journal de Montréal

FRANCE-ANIMAL-FARM

Photo d'Archives, AFP

Près d’un demi-million de poules pondeuses devront être abattues plus vite que prévu en raison d’une baisse de la demande dans les hôtels, restaurants et institutions, correspondant à 10% des volumes. 

L’information révélée mercredi par La terre de chez nous a été confirmée au Journal par le président des Producteurs d’œufs du Québec, Paulin Bouchard.

« On a six millions de pondeuses au Québec. On va devoir abattre prématurément entre 350 000 et 500 000 poules pour s’adapter au marché », a confirmé le président des Producteurs d’œufs du Québec, Paulin Bouchard.

En gros, les Québécois ont beau être toujours plus nombreux à acheter des œufs en épicerie, le faible appétit des hôtels et restaurants continue de faire plonger la demande.

« Même si la demande a augmenté en épicerie de 20%, cette hausse-là n’a pas pu être rattrapée par la baisse des restaurants et de l’industrie de la transformation», a précisé M. Bouchard.

Il souligne que de l’abattage de la poule, qui se fait à 71 semaines, devra par conséquent être devancé de deux semaines pour ajuster l’offre à la demande.