/news/world

Boîtes noires du vol 752 : Ottawa continue de faire pression sur l’Iran

Agence QMI

Le gouvernement canadien continue de faire pression sur l’Iran pour qu’il partage le contenu des boîtes noires du vol 752 de Ukrainian International Airlines abattu par erreur, le 8 janvier dernier, peu après son décollage de Téhéran.

Le Canada joue un rôle actif – avec d’autres pays - depuis le début dans cette affaire étant donné que plusieurs dizaines des 176 victimes de cet écrasement étaient des citoyens canadiens ou des résidents permanents du Canada. L’appareil s’était envolé pour Kiev, la capitale de l’Ukraine.

«Les boîtes sont toujours en Iran et nous continuons à faire pression, a déclaré le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, vendredi, au cours d’une conférence de presse portant sur la COVID-19. L'Iran, [...], a promis de transférer les boîtes en Ukraine. Cela ne s'est pas produit. Cela a coïncidé - ils ont dit que ce serait dans les deux semaines - avec le début de la grave [pandémie] de COVID-19 en Iran et ils ont expliqué qu'ils n'étaient pas en mesure de traiter cette question à ce moment-là.»

M. Garneau a ajouté que les pressions se poursuivent sur l’Iran «pour qu'il transfère ces boîtes conformément à ses obligations au titre de l'annexe 13 de la Convention de Chicago et nous continuerons à exercer ces pressions».

En avril dernier, CBC News rapportait que l’Iran avait invité les pays impliqués dans le dossier, dont le Canada, à envoyer des représentants dans un laboratoire européen pour le transfert et l’analyse du contenu des enregistreurs de vol. Le plan a dû être reporté étant donné que plusieurs pays ne pouvaient pas, en raison des restrictions liées à la COVID-19, organiser des déplacements en avion.