/news/coronavirus

Comment désinfecte-t-on nos autobus?

Jean Balthazard | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Jour et nuit, des dizaines d'employés aspergent de désinfectant tous les recoins des autobus d'exo, créant des scènes qui ressemblent à un film de science-fiction, mais qui sont nécessaires pour protéger la clientèle et les employés de la COVID-19.

Désormais, les 283 autobus qui rentrent au garage sont passés au peigne fin par les équipes de nettoyage, qui enfilent une combinaison, un masque et des gants pour pulvériser l’intérieur des véhicules à l’aide d’un produit aseptisant. En plus des équipes habituelles, une vingtaine d’employés supplémentaires ont dû être embauchés pour répondre à ces nouvelles exigences sanitaires.

Joël Lemay / Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Exo, qui dessert les couronnes nord et sud de Montréal, fait affaire à plusieurs compagnies pour la gestion des tâches d’entretien dans les garages d’entreposage. «Ça a été un énorme travail de coordination entre les différents partenaires pour instaurer toutes ces nouvelles directives dans nos différents garages en quelques jours alors que normalement, ça peut prendre plusieurs semaines», lance le directeur de la santé et sécurité chez exo, Robert Gaudet.

Comme d’autres sociétés de transport, exo a aussi implanté de nouvelles mesures sanitaires dans les derniers jours. Le transporteur compte distribuer 20 000 masques réutilisables dans les deux prochaines semaines. Des distributeurs de gel hydroalcoolique sont aussi installés dans une quinzaine de terminus pour permettre aux gens de se désinfecter les mains avant de rentrer dans un véhicule.

Joël Lemay / Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Proximité des usagers 

Jusqu’à présent, la distanciation sociale était facile à respecter dans plus de neuf autobus sur dix, confirme le transporteur. «Avec la réouverture des commerces et des garderies, il faut toutefois s’attendre à ce que la distance de deux mètres ne soit plus maintenable dans les transports en commun», estime le directeur principal des autobus exo, Jim Colonel-Bertrand.

M. Bertrand comprend que cette situation peut être effrayante pour certains utilisateurs, mais exo met toutes les mesures en place pour protéger les chauffeurs et les clients, indique-t-il. La société de transport demande néanmoins à ses utilisateurs de porter un masque dans leurs véhicules.

Joël Lemay / Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI