/news/world

Mort de George Floyd: manifestations et colère partout aux États-Unis

Agence France-Presse et Antoine Lacroix | Le Journal de Montréal

Le décès violent d’un Afro-américain lors d’une intervention policière a ravivé les tensions raciales aux États-Unis au point où la garde nationale a été déployée, un couvre-feu imposé et l’agent accusé de meurtre, à Minneapolis. 

• À lire aussi: Le policier mis en cause dans la mort de George Floyd accusé de meurtre

• À lire aussi: Une nouvelle vidéo montre trois policiers agenouillés sur George Floyd

• À lire aussi: George Floyd, le «doux géant» mort aux mains de la police américaine

« C’est un pays qui n’est toujours pas arrivé à répondre à la question raciale, souligne Ginette Chénard, coprésidente de l’Observatoire sur les États-Unis, de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM. C’est un scénario qui se répète. Il y a une trop longue liste de personnes de couleur noire qui ont été tuées lors de leur arrestation. »

À Minneapolis, vendredi, des milliers de manifestants ont d'abord défilé pacifiquement en mémoire de George Floyd. Mais dans la nuit, la situation a dégénéré auprès d'un commissariat du sud de la ville, avec plusieurs commerces incendiés, de nouveaux pillages et de nombreuses dégradations.

Les soldats et policiers antiémeutes ont tiré des gaz lacrymogènes et des fumigènes pour éviter que ce commissariat ne subisse le même sort qu'un autre, incendié la veille au soir après avoir été déserté par ses occupants.

«Il faut qu'ils enferment ces gars», a lancé dans la nuit une femme noire de 34 ans croisée à Minneapolis, qui a requis l'anonymat. «C'est trop tard, maintenant tout va brûler», a-t-elle regretté, alors qu'un groupe de pilleurs entraient dans la boutique d'un prêteur sur gages.

Selon les autorités, des tirs ont visé des policiers non loin de là.

«La situation est extrêmement dangereuse», a lancé le gouverneur de l'État Tim Walz lors d'une conférence de presse improvisée au milieu de la nuit pour appeler au calme. «Il n'y a rien d'honorable à brûler votre ville», a renchéri, à ses côtés, le maire Jacob Frey.

La colère après les émeutes des derniers jours dans la ville de l’État du Minnesota s’est propagée dans le reste de la nation. À Washington, la Maison-Blanche a notamment été confinée en raison d’une manifestation vendredi.

Des rassemblements ont aussi eu lieu à Detroit, Atlanta, New York, Houston, Las Vegas et San Jose, notamment. 

L’arrestation et la mise en accusation de l’agent Derek Chauvin pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire n’ont pas suffi à calmer la révolte des Américains après la mort de George Floyd, lundi. 

La famille de cet Afro-Américain de 46 ans a salué l’arrestation du policier comme un premier pas sur « la voie de la justice », mais l’a jugée « tardive » et insuffisante.

« Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir les autres agents [impliqués] arrêtés », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Garde nationale déployée       

Pour faire face à la gravité de la situation, des renforts militaires vont être portés à 1700 à Minneapolis et dans la ville voisine de Saint-Paul, d'ici à samedi soir, a annoncé dans la nuit le major général Jon A Jensen, qui dirige la Garde nationale du Minnesota.

Le président «a demandé au Pentagone de placer des unités de l'armée en alerte pour qu'elles puissent éventuellement intervenir à Minneapolis», a-t-il ajouté en estimant «prudent d'étendre les options disponibles» pour sécuriser la ville.

Or, si la colère des Américains se fait de nouveau sentir, Ginette Chénard craint qu’elle ne soit pas suffisante pour amener des progrès au niveau des tensions raciales. 

« Je ne verrais pas qui pourrait animer une conversation nationale pour opérer des changements au sein de la société », estime la chercheuse, faisant référence notamment au président Donald Trump et ses déclarations qui « incitent à la violence ». 

Selon elle, la transformation de la société américaine doit venir de « la population blanche, qui est privilégiée ». 

« On voit qu’il y a une fatigue du côté de la communauté noire, qui ne croit plus aux changements. Il va y avoir un retour à la “normale”, même si cette normalité ne l’est pas, ajoute-t-elle. La jeune génération semble toutefois désirer un changement, beaucoup plus sensible à cette question ».

– Avec l’AFP 

AFP

Qui est George Floyd?       

Afro-américain de 46 ans. 

Sa mort lors d’une intervention policière brutale survenue lundi à Minneapolis a suscité l’indignation partout au pays et est à l’origine des manifestations violentes dans la ville et le pays. 

Lors de son arrestation, il a été plaqué au sol par le policier Derek Chauvin. Ce dernier a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. 

« Je ne peux plus respirer », gémissait Floyd, alors que la scène a été filmée.   

Un tweet de Trump signalé       

Twitter a masqué une publication du président Donald Trump, jugeant qu’il était en violation de ses directives sur l’apologie de la violence, en lien avec les manifestations à Minneapolis.

« Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles », a-t-il notamment écrit. 

De son côté, le président a accusé Twitter de faire preuve d’activisme politique.  

Justin Trudeau réagit  

Dans un rare commentaire sur la situation aux États-Unis, le premier ministre Justin Trudeau a appelé les Canadiens à lutter contre le racisme au pays.

« De nombreux Canadiens de toutes origines regardent les informations en provenance des États-Unis avec stupéfaction et horreur, a-t-il souligné. Le racisme est réel : il est présent aux États-Unis, mais aussi au Canada. »

Il a invité la population à faire preuve de « solidarité les uns envers les autres », « que ce soit contre le racisme anti-noir ou le racisme anti-asiatique ». 

Des manifs depuis des années   

1965 

L’arrestation par des policiers blancs d’un jeune Noir, Marquette Frye, lors d’un contrôle routier déclenche une révolte à Los Angeles. Pendant six jours, un quartier déshérité se transforme en zone de guerre. Lourd bilan : 34 morts, 4000 arrestations.

1968

Après l’assassinat du pasteur Martin Luther King à Memphis au Tennessee le 4 avril, la violence éclate dans 125 villes faisant au moins 46 morts et quelque 2600 blessés. 

2014

La mort d’un jeune Noir de 18 ans, Michael Brown, tué par balle par un policier blanc à Ferguson, au Missouri, provoque, du 9 au 19 août, 10 jours de violentes émeutes d’affrontements entre la population noire et des forces de l’ordre usant de fusils d’assaut et de véhicules blindés. Il était non armé. Fin novembre, l’annonce de l’abandon des poursuites contre le policier déclenche une nouvelle explosion de colère.

2015

Photo courtoisie

Le 19 avril, Freddie Gray, un jeune noir de 25 ans, meurt une semaine après avoir subi une fracture aux vertèbres cervicales lors de son transport dans un fourgon policier à Baltimore, au Maryland.

L’affaire et la diffusion de vidéos de son interpellation, pour un regard de travers, déclenchent de violentes émeutes et des pillages dans cette ville où près des deux tiers sont noirs..