/news/coronavirus

Deux centres d’hébergement évacués

Clara Loiseau | Le Journal de Montréal

Martin Lafortune.
Directeur de la 
Maison l’Exode

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Martin Lafortune. Directeur de la Maison l’Exode

Deux centres d’hébergement de Montréal pour personnes ayant des problèmes de dépendance à l’alcool ou aux drogues ont dû être évacués mardi soir dernier à cause de cas confirmés positifs à la COVID-19.

« Ç’a été chaotique, par contre [les pensionnaires] ont tous été relocalisés en bonne et due forme », explique Martin Lafortune, directeur de la Maison l’Exode, un centre de désintoxication montréalais.

Mardi soir, vers 20 h, l’organisme a décidé de déplacer une dizaine de personnes après avoir appris qu’un usager et un employé avaient été déclarés positifs à la COVID-19. 

Sur les trois pavillons que la Maison l’Exode détient, deux ont été évacués. 

Le pavillon Alpha, un centre d’hébergement temporaire pour les personnes en situation d’itinérance en dégrisement, et le pavillon Émilie-Gamelin, un centre de réadaptation sociale pour des sans-abri ayant des problèmes de toxicomanies.

Mais le déplacement du résident infecté a été difficile. « La trajectoire vers le Royal-Victoria [qui accueille les sans-abri infectés] n’a pas fonctionné pour la personne positive », raconte M. Lafortune. L’établissement de santé n’a pas accepté le référencement parce qu’il ne fait pas partie du réseau public, « alors que ça a fonctionné dans le passé » soutient M. Lafortune. Il a finalement décidé d’appeler le 911 qui l’a alors avisé d’utiliser le service de taxi pour emmener l’individu à l’hôpital le plus proche, celui de Verdun, où il a été accueilli.

Une trentaine de dépistages

Les 24 employés des centres d’hébergement et la dizaine de résidents ont tous subi des tests, confirme M. Lafortune. 

Les résultats ne sont pas encore connus, ce qui empêche pour le moment d’accueillir de nouveau les usagers.

« On travaille étroitement avec la Santé publique, on attend sa directive pour rouvrir », ajoute-t-il. 

La majorité des pensionnaires a été relocalisée à l’urgence toxicomanie du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal.

Au moment d’écrire ces lignes, le CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.