/news/tele

Léa Roy prête pour une nouvelle aventure!

Nathalie Slight | Agence QMI

ART-POUR-TOUJOURS

Joël Lemay / Agence QMI

Maintenant que les tournages des trois saisons de «L’Académie» sont derrière elle, Léa Roy, l’interprète de la lumineuse Agathe est prête à relever de nouveaux défis. En attendant de reprendre le chemin des plateaux de tournage, la comédienne de 22 ans planifie la suite de ses études et rénove un petit espace bien à elle dans la maison familiale.

Léa, tu as changé de look récemment. Est-ce pour le travail?

Oui. J’ai commencé le tournage de la série «Pour toujours, plus un jour» une semaine après avoir terminé celui de «L’Académie». Comme je travaillais avec la même maison de production et que j’allais donner la réplique à certains comédiens croisés sur le plateau de «L’Académie», j’ai senti le besoin de marquer la transition avec un changement de look.

Cette nouvelle coupe te va à ravir!

Merci! Je voulais qu’au premier coup d’œil, les téléspectateurs voient non pas Agathe de «L’Académie», mais bien Adèle de «Pour toujours, plus un jour». Je n’ai qu’une petite présence dans cette série, puisqu’on voit surtout mon personnage au début, mais j’ai adoré camper cette fille impulsive et fofolle, alors que moi je suis plutôt calme dans la vie.

Lorsqu’on jette un coup d’œil à ton compte Instagram, on voit de magnifiques clichés de voyage. Possèdes-tu un côté globe-trotteuse?

Ma fibre voyageuse est toute nouvelle, en fait! Il n’y a pas si longtemps, j’affirmais haut et fort que je n’avais pas besoin de sortir du pays pour me sentir plus accomplie. Avec le recul, je réalise que je n’avais juste pas trouvé «ma» façon de voyager.

Et quelle est-elle?

En décembre dernier, je suis allée à La Havane avec mon amoureux. Nous avons loué un petit appartement dans la vieille Havane. Ça nous a permis de découvrir cette île non pas comme des touristes, mais comme des habitants de l’endroit. Avant de partir, j’ai beaucoup lu sur l’histoire du pays, sur la culture cubaine et sur la situation politique là-bas. Ce séjour m’a permis de réaliser que m’initier au mode de vie du pays visité est vraiment la façon dont j’aime voyager.

Parles-tu espagnol?

J’ai suivi des cours d’espagnol durant cinq ans, lors de mes études secondaires. Je ne pourrais pas parler de littérature ou débattre de mes opinions politiques dans cette langue, mais je suis capable d’exprimer mes besoins de base et de tenir de courtes conversations. Je peux par exemple demander mon chemin et comprendre les indications pour me rendre à une destination. Loin des endroits touristiques, peu de Cubains parlent l’anglais ou le français. Mon copain était bien heureux que je me débrouille en espagnol! (rires)

Habitez-vous ensemble, ton copain et toi?

Non, j’habite chez mes parents. Comme je suis encore aux études et que je travaille à la pige, j’en profite pendant que mes parents ne sont pas tannés de me voir! (rires) Pour avoir plus d’autonomie, je suis en train de me faire un petit espace bien à moi en rénovant le sous-sol de la maison familiale, à Montréal. Il n’a pas été rénové depuis 14 ans, alors il y a beaucoup de travaux à faire pour transformer cet endroit en petit loft. D’ailleurs, en temps normal, mon ami Antoine Desrochers (qui joue Clément dans «L’Académie», NDLR) me donne un coup de main, puisqu’il est super habile en rénovation.

Connais-tu Antoine depuis longtemps?

J’ai fait sa connaissance sur le plateau de la série jeunesse «Tactik». Même chose pour Rémi Goulet et Laeticia Isambert. Nous nous sommes par la suite retrouvés tous les quatre ensemble sur le plateau de «L’Académie».

Parallèlement à ton métier de comédienne, tu poursuis tes études. Et tu as récemment décroché ton baccalauréat en communications et littérature française. Félicitations!

Merci! J’ai décroché mon bac l’automne dernier, mais j’ai assurément le goût de poursuivre mes études. Je n’ai pas encore choisi de programme; j’évalue différentes options... Je vais peut-être continuer d’explorer la littérature, ou encore étudier le théâtre. Chose certaine, je veux continuer d’apprendre.

Est-ce que ton exploration de la littérature pourrait te mener à l’écriture?

Je suis davantage une lectrice qu’une autrice, mais il ne faut jamais dire jamais! (rires) J’ai tellement de créateurs investis autour de moi que, pour l’instant, je préfère me laisser porter par les histoires des autres plutôt qu’écrire les miennes.

En terminant, que peut-on te souhaiter comme prochain rôle?

J’ai récemment regardé le film «La pianiste», qui a remporté trois prix au Festival de Cannes en 2001. La performance de la comédienne Isabelle Huppert m’a complètement chavirée. Elle y campe une professeure de piano névrosée. J’aimerais beaucoup incarner un personnage complexe, tordu ou déséquilibré qui me demanderait d’explorer les côtés plus sombres de l’être humain.

Un projet reporté

Léa a décroché un rôle dans une série dont le tournage devait commencer en avril. «Nous sommes en attente, comme toutes les autres productions actuellement sur la glace à cause de la COVID-19. Il s’agit d’une série destinée aux jeunes adultes dont l’univers fait un peu penser aux succès “Sex Education” et “Euphoria”. Ce nouveau projet me permettra de me glisser dans la peau d’un personnage totalement différent de tous ceux que j’ai incarnés jusqu’à présent.»

Les trois saisons de «L’Académie» sont offertes sur Club illico. «Pour toujours, plus un jour» est disponible sur Crave.