/news/coronavirus

Le tiers des dentistes n’ouvriront pas leurs portes lundi

Agence QMI

Si les deux tiers des dentistes se disent prêts à reprendre partiellement ou totalement leurs activités dès lundi, un tiers d’entre eux ne sera pas en mesure d'accueillir des patients d’après un sondage réalisé auprès de plus de 2200 membres, indique l'Ordre des dentistes du Québec. 

• À lire aussi: Des coûts importants pour les dentistes

• À lire aussi: Des dentistes craignent de ne pas être prêts

La réouverture des cliniques se fera de façon progressive et graduelle pour s’assurer de la sécurité des patients et des travailleurs, a tenu à rappeler Dr Guy Lafrance, président de l'Ordre.

« On a bien hâte de recommencer lundi. Ça va faire déjà 12 semaines que les traitements sont arrêtés et reportés. Il y a des traitements qui n’étaient pas urgents qui le sont devenu simplement par l’effet du temps. La priorité va être donnée aux urgences », explique-t-il.

Nécessaires à la sécurité

D’après le sondage, c’est le manque de disponibilité des équipements de protection ainsi que les exigences en matière de ventilation qui ont freiné la réouverture de plusieurs cliniques.

« On est dans une période de pandémie. Ce n’est pas une période ordinaire et il faut prendre des moyens extraordinaires », tempère le Dr Lafrance, qui juge que les consignes gouvernementales sont nécessaires pour veiller à la sécurité de tous.

Il estime que le besoin de matériel supplémentaire pourrait occasionner des frais, dépendamment de la complexité du traitements.

À quoi s’attendre?

Dès lundi, la prise de rendez-vous se fera par téléphone pour vérifier au préalable si le patient présente des symptômes de la Covid-19, explique Dr Lafrance.

«Il faudra que les gens soient honnêtes [...] S’ils ont des signes ou symptômes, on va reporter le rendez-vous de deux semaines pour que les gens soient en bonne santé à ce moment-là », poursuit-il.

Une fois sur place, l’objectif sera de minimiser le plus possible l’attente dans la salle, ajoute le président.

« On va demander aux gens d’arriver à l’heure à leur rendez-vous, pour qu’ils puissent être amenés directement dans la salle de traitement. Il faudra aussi se laver les mains en rentrant et en sortant de la clinique, soit avec du purell, soit avec de l’eau et du savon », résume-t-il.

À l’intérieur, les gens devront se promener avec un couvre-visage, qui sera fourni par la clinique si le patient n’en a pas sur lui. Ce dernier devra se rincer la bouche une première fois en entrant dans la salle d’opération, pour diminuer la quantité de microbes présente dans la bouche.

Le moins de gouttelettes possible

Les dentistes devront quant à eux prioriser les techniques provoquant le moins de gouttelettes possible, indique le Dr Guy Lafrance. Il se pourrait qu’ils utilisent notamment une digue, c’est-à-dire une feuille en caoutchouc qu’on met dans la bouche pour isoler une dent, pour empêcher de créer de l’aérosol.

« Les dentistes vont porter plus d’équipement de protection. Il ne faudra pas se surprendre de voir des gens, selon la complexité du traitement, porter des blouses, des visières et des masques. L’uniforme des professionnels va changer », conclut-il.

Des appareils de filtration devraient également rafraîchir l’air régulièrement, comme le recommande le gouvernement.

L'Ordre des dentistes du Québec regroupe plus de 5 430 dentistes.

Dans la même catégorie