/finance/homepage

Près d'un demi-million d'étudiants reçoivent la PCUE

Émilie Bergeron | Agence QMI

canadian money dollars argent billets

Photo Fotolia

Près d'un demi-million de Canadiens se sont prévalus de la Prestation canadienne d'urgence pour les étudiants (PCUE) en l'espace de deux semaines.

Selon des données publiées par Ottawa vendredi, 478 399 demandes ont été approuvées jusqu'à maintenant, pour un total de 652,6 millions $ versés en prestations.

La PCUE, pour laquelle les inscriptions ont débuté le 15 mai, vise à fournir 1250 $ par mois aux étudiants de niveau postsecondaire qui sont privés d’emploi cet été ou qui n'ont un revenu mensuel que de 1000 $ ou moins.

Ceux qui ont une personne à charge ou qui ont un handicap touchent quant à eux des prestations de 2000 $.

Plusieurs craignent que de nombreux jeunes tournent le dos à des boulots pour plutôt toucher la PCUE, comme des producteurs agricoles qui ont besoin de main-d’œuvre.

Cette même inquiétude d’un effet «désincitatif» à l’emploi a aussi été exprimée à l’égard de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) régulière, notamment par le premier ministre québécois François Legault.

Ottawa argue que les jeunes veulent assurément travailler et gagner de l'expérience. Le fédéral s’est engagé à créer 76 000 postes de plus pour les jeunes que ceux prévus au programme Emplois d’été Canada et a annoncé, mardi, qu’il financera 700 emplois dans le milieu agricole.

Le gouvernement Trudeau espère que de plus en plus de prestataires seront couverts par la subvention salariale plutôt que par la PCU.

Seulement 289 525 demandes avaient toutefois été reçues en date de lundi. Ottawa a jusqu’ici dépensé 7,9 milliards $ en subventions salariales, mais prévoyait débourser au moins 73 milliards $ pour cette mesure d’aide.

Le programme vise à couvrir 75 % du salaire d’employés d’entreprises durement touchées par la crise de la COVID-19, jusqu’à concurrence de 847 $ par semaine par travailleur.

Plus de huit millions de Canadiens se sont prévalus de la PCU, qui fournit 2000 $ par mois à ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie ou ne gagnent que 1000 $ ou moins.

Dans la même catégorie